Côte d'Ivoire: La lutte contre le travail des enfants dans les plantations de cacao s'intensifie, selon les autorités

Get RSS feed of these results

جميع مكونات هذه القصة

مقال Article
+ Français - إخفاء

الكاتب: Martin Kouassi, Nathalie Barge, La Voix de l'Amérique

La Cour suprême américaine a rejeté une requête de Nestlé, le géant mondial de l’alimentation, et deux autres sociétés visant à annuler un procès sur leur responsabilité quant à l'utilisation d'enfants pour récolter le cacao en Côte-d'Ivoire...La plus haute juridiction américaine a maintenu une décision de décembre 2014 prise par une Cour d’appel à San Francisco, qui a refusé de rejeter une plainte contre Nestlé, Archer-Daniels-Midland et Cargill, déposée par d'anciennes victimes...Les plaignants, qui sont originaires du Mali, soutiennent que les entreprises ont aidé et encouragé les violations des droits humains à travers leur participation active dans l'achat de cacao de Côte-d'Ivoire. Tout en étant conscientes du problème de l'exploitation des enfants, les entreprises ont offert une aide financière et technique aux agriculteurs locaux dans le but de garantir la source la moins chère du cacao, ont affirmé les plaignants...Dans sa décision 2013 sur le cas Kiobel v. Royal Dutch Petroleum, la Cour suprême a rejeté à l'unanimité un procès intenté par 12 personnes originaires du Nigeria qui accusaient Royal Dutch Shell de soutenir des actes de torture et des assassinats imputés à l’Etat nigérian...Dans le cas de Nestlé, la cour d'appel a déclaré que les plaignants pouvaient mettre à jour leur procès pour s’adapter à la décision de la Cour suprême, notamment en incluant des revendications plus spécifiques quant au lien de causalité entre les agissements présumés de ces sociétés et l’esclavage des enfants.

إقرأ كامل المنشور هنا

مقال Article
+ Français - إخفاء

الكاتب: La Voix de l'Amérique

Selon un bilan Plan d'action national de lutte contre les pires formes de travail des enfants (PFTE), les enfants "ont été retirés et pris en charge de 2012 à 2014" par les autorités et les associations. La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, est considérée comme une importante destination régionale du trafic d'enfants en provenance des pays frontaliers, afin de travailler dans ses cultures. Le pays s'est engagé depuis quelques années à éliminer le "fléau" du travail des enfants dans les plantations. Entre 300.000 et un million d'enfants travaillent dans le cacao ivoirien, selon la fondation Initiative internationale pour le cacao (ICI)...Dans le cadre de la répression contre le travail des enfants dans les plantations de cacao, 23 personnes ont été jugées, dont 18 ont été condamnées à des peines d'emprisonnement ferme et cinq à des peines avec sursis...Quelque 13 milliards de FCFA (près de 20 millions d'euros) seront consacrés au plan 2015-2017...[pour lutter]...contre la traite et le travail des enfants...Ce plan "vise à réduire de 30% à l'échéance 2017, la proportion d'enfants victimes des PFTE en Côte d'Ivoire et à éliminer les facteurs de risque par la création d'un environnement plus protecteur des enfants contre la traite et l'exploitation". Le plan prévoit notamment de soutenir les activités génératrices de revenus et d'investir dans l'éducation dans les zones à risques. "L'objectif à terme est de parvenir à la réduction d'au moins 70% des PFTE fin 2020", selon le plan. "Un autre volet du plan d'action national 2015-2017, sera la prise en charge des enfants victimes (...) en complément à la sensibilisation et à la répression avec la construction de centres d'accueil", a annoncé mardi Mme Ouattara.

إقرأ كامل المنشور هنا

مقال Article
+ Français - إخفاء

الكاتب: La Voix de l'Amérique

Les victimes, âgées de 5 à 16 ans, étaient utilisées comme "ouvriers" dans les riches plantations de San Pedro (Sud-ouest), qui abrite également le premier port de cacao au monde, selon préfet de police de San Pedro...Interpol indique dans un communiqué que ces enfants "travaillaient dans des conditions extrêmes, particulièrement dangereuses pour leur santé". Ils sont originaires du Burkina Faso, de Guinée, du Mali et du Nord de la Côte d'Ivoire. Certains d'entre eux, "employés dans les champs depuis un an, ont déclaré aux enquêteurs travailler régulièrement, de longues heures, chaque jour, sans recevoir ni salaire, ni éducation", selon Interpol...l’opération a permis d'arrêter une centaine de personnes suspectées de trafic d'enfants...Entre 300.000 et un million d'enfants travaillent dans le secteur du cacao ivoirien, selon la fondation Initiative internationale pour le cacao (ICI)...

🚫إقرأ كامل المنشور هنا