Nachricht verbergen

Willkommen auf der Website des Resource Centres.

Wir hoffen, dass Sie unsere kostenlosen Tools und Ressourcen nützlich finden. Wussten Sie, dass wir auch direkt mit Vertreter*innen von Gemeinschaften zusammenarbeiten und ihnen Kompetenzen vermitteln und Ressourcen zur Verfügung stellen, damit sie Menschenrechtsverletzungen dokumentieren und effektiv mit Unternehmen kommunizieren können?

Diese Arbeit ist nur dank der großzügigen Spenden von Menschen wie Ihnen möglich.

Wir würden uns sehr über Ihre Unterstützung freuen.

Herzlichen Dank,
Phil Bloomer, Geschäftsführer

Jetzt spenden Nachricht verbergen

L'Allemagne annonce qu'elle ne fera pas d'embargo aux ventes d'armes en direction des pays participant à la guerre au Yémen

Autor/in: Stéphane Aubouard, L'Humanité, Veröffentlicht am: 12 October 2018

« Industrie militaire. Au Yémen, les armes européennes sur le front avec Riyad » 12 octobre 2018

«Nous n’approuverons pas les exportations d’armes vers les pays directement impliqués dans la guerre au Yémen. » Ces quelques mots tirés de l’accord conclu en mars dernier entre l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel et le Parti social-démocrate (SPD) sont désormais caduques. Mercredi, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a révélé que Berlin continuera à exporter son matériel de guerre vers l’Arabie saoudite, précisant qu’« il n’y aura pas d’embargo sur ces ventes en direction des pays qui participent à la guerre au Yémen ». Cette spectaculaire reculade n’est pas une surprise : il y a deux semaines, le Conseil fédéral de sécurité allemand (BSR) avait déjà autorisé la livraison immédiate d’armements vers Riyad et d’autres États du Golfe – notamment des radars, 48 ogives et 91 missiles guidés pour des systèmes antiaériens installés sur des navires. Une lettre du ministre de l’Économie, Peter Altmaier (CDU), à la commission parlementaire des Affaires économiques a confirmé ces livraisons. Au sein du Bundestag, le lobbying des grands groupes allemands de l’armement a donc eu raison des défenseurs des droits de l’homme, de peu de poids face à la manne promise par les pétromonarchies.

Lesen Sie hier den vollständigen Post