hide message

Welcome to the Resource Centre

We make it our mission to work with advocates in civil society, business and government to address inequalities of power, seek remedy for abuse, and ensure protection of people and planet.

Both companies and impacted communities thank us for the resources and support we provide.

This is only possible because of your support. Please make a donation today.

Thank you,
Phil Bloomer, Executive Director

Donate now hide message

DRC: Jean-Claude Katende, a leading human right defender is facing death threats because of his work against impunity and on transparency

Get RSS feed of these results

All components of this story

Article
25 June 2019

Democratic Republic of Congo: Jean Claude Katende, leader of the fight for human rights and transparency, facing death threats

Publish What You Pay (PWYP) calls on the authorities of the Democratic Republic of Congo to make every effort to ensure the safety of Jean-Claude Katende after he received highly concerning death threats.

On Monday, 24 June 2019, Jean Claude Katendé filed a complaint against unknown to the Provincial Police Commissioner of the city of Kinshasa. Unidentified individuals had warned Mr. Katende through phone calls over the past few days that he would be “killed” if he continued to carry out his advocacy efforts since the beginning calling for the release of Eddy Kapend and the reopening of the cases of Floribert Chebeya and Fidele Bazana, two human rights defenders who were murdered in June 2010 and whose perpetrators have remained unpunished. Credible allegations involve high-ranking officials of the state.

On 12 June 2019, the day after the first threatening call, a peaceful demonstration was held to demand the release of Eddy Kapend and several other people. Today, 25 June, another demonstration is to be held to seek justice in the case of the two murders.

An ardent defender of human rights, Mr. Jean Claude Katende has been a long-time advocate for transparency and good governance of the extractive industries in his capacity as National Coordinator of the PWYP Coalition Democratic Republic of Congo and President of the African Association of human rights (ASADHO). He has also served on the EITI Board from 2011 to 2016 as a representative of civil society. The defender has been threatened in the past with activities related to natural resource management issues.

“These new threats are unacceptable and must not go unpunished. Jean-Claude Katende needs immediate and serious protection from the authorities,” said Elisa Peter, Executive Director of PWYP. The fight against impunity and for the respect for fundamental freedoms of expression, demonstration and association are essential conditions for civil society organisations to be able to carry out their work freely and independently, without fear of reprisals. “Without them, and without the opportunity for human rights defenders to carry out their legitimate activities, the work of the EITI will not lead to true transparency and accountability in the extractive sector,” concluded Elisa Peter.

Publish What You Pay strongly denounces the threats of Mr. Jean Claude Katende and calls...[Refers toTotal & Chevron]. 

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: La Libre Belgique (Belgique)

La FIDH (Fédération internationale des ligues de défense des droits de l’Homme) et l’organisation mondiale contre la torture (OMCT) appellent les autorités congolaises à enquêter sur des menaces à l’encontre de Jean-Claude Katende, président de l’Asadho (Association africaine des droits de l’Homme)...Depuis quelques mois, M. Katende et l’Asadho mènent une campagne pour obtenir la libération d’Eddy Kapend, emprisonné depuis 18 ans avec d’autres accusés de l’assassinat de Laurent Kabila, le 16 janvier 2001, à l’issue d’un procès estimé inique par les observateurs...

Et depuis juin, l’association et son président demandent la réouverture du dossier de Floribert Chebeya, défenseur des droits de l’homme assassiné avec son chauffeur, Fidèle Bazana, le 2 juin 2010, à l’issue d’une convocation du premier par celui qui était alors chef de la police, le général John Numbi. Ce dernier est, depuis un an, inspecteur général de l’armée congolaise. Bien que considéré par les parties civiles comme responsable du double assassinat – pour lequel plusieurs de ses subordonnés ont été condamnés – l’officier n’a jamais été poursuivi par la justice congolaise...

Selon la FIDH et l’OMCT, M. Katende a reçu les 11, 15 et 18 juin « des appels téléphoniques, en numéro masqué, provenant de personnes non identifiées », le prévenant que »si (il) n’arrêtait pas (ses) actions en faveur d’Eddy Kapend et contre John Numbi, il serait tué ».

 

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: Conseil Mondial et Comité de Pilotage Afrique de PCQVP

Publiez ce Que Vous Payez (PCQVP) appelle les autorités de la République Démocratique du Congo à tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité de M. Jean-Claude Katende suite à d’inquiétantes menaces de mort récemment proférées à son encontre. Le lundi 24 juin 2019, M. Jean Claude Katendé a déposé une plainte contre inconnu auprès du Commissaire provincial de la ville de Kinshasa. Des individus non-identifiés ont averti M. Katende par appels téléphoniques au cours des derniers jours, qu’il serait « tué » s’il continuait ses actions de plaidoyer menées depuis le début de l’année en faveur de la libération d’Eddy Kapend et de la réouverture des dossiers de Floribert Chebeya et de Fidele Bazana, deux défenseurs des droits humains qui ont été assassinés en juin 2010 et dont les responsables sont restés impunis à ce jour1 . Des allégations crédibles mettent en cause de hautes personnalités de l’Etat.

Le 12 juin 2019, le jour suivant le premier appel de menaces, une manifestation pacifique avait été organisée pour demander la libération d’Eddy Kapend et de plusieurs autres personnes. Aujourd’hui, le 25 juin, une autre manifestation devrait se tenir pour demander justice dans l’affaire des deux assassinats. Fervent défenseur des droits humains, M. Jean Claude Katende milite depuis de très longues années pour la transparence et la bonne gouvernance des industries extractives en sa qualité de coordonnateur national de de la Coalition PCQVP République démocratique du Congo et de président l’Association africaine des droits de l’Homme (ASADHO). Il a par ailleurs siégé entre 2011 et 2016 au Conseil d’administration de l’ITIE comme représentant de la société civile. Le défenseur a été menacé dans le passé pour ses activités liées aux questions de la gestion des ressources naturelles.

« Ces nouvelles menaces sont inadmissibles et ne doivent pas rester impunies. Jean-Claude Katende doit bénéficier de mesures immédiates et sérieuses de protection de la part des autorités » a déclaré Elisa Peter, Directrice exécutive de PCQVP. La lutte contre l’impunité et le respect des libertés fondamentales d’expression, de manifestation et d’association, sont des conditions essentielles pour permettre aux organisations de la société civile d’effectuer leur travail de façon libre et indépendante, sans peur de représailles.« Sans elles, et sans la possibilité pour les défenseurs des droits humains de mener leurs activités légitimes, le travail de l’ITIE n’aboutira pas à une vraie transparence et redevabilité du secteur extractif » a conclu Elisa Peter.

Publiez Ce Que Vous Payez dénonce fermement les menaces dont est victime M. Jean Claude Katende et appelle à...[Fait référence à Total et Chevron].

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: OMCT & FIDH

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un partenariat de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), vous prie d’intervenir dans la situation suivante en République démocratique du Congo (RDC)...L’Observatoire a été informé de sources fiables de menaces de mort à l’encontre de M. Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine des droits de l’Homme (ASADHO). Depuis le début de l’année 2019, M. Katende et les membres de l’ASADHO mènent des actions...en vue d’obtenir la libération de M. Eddy Kapend [1], et que justice soit rendue à M. Floribert Chebeya, président de l’ONG La Voix des sans-voix (VSV) et membre de l’Assemblée générale de l’OMCT, et M. Fidèle Bazana, son assistant, tous deux assassinés le 2 juin 2010 par des représentants de l’État congolais...

L’Observatoire exprime sa plus vive inquiétude au regard des menaces de mort contre M. Jean-Claude Katende et appelle les autorités congolaises à garantir en toute circonstances son intégrité physique et bien-être psychologique, et à mener immédiatement une enquête impartiale et indépendante sur les faits rapportés...Actions requises : L’Observatoire vous prie de bien vouloir écrire aux autorités congolaises en leur demandant de :

i. Garantir en toute circonstances l’intégrité physique et le bien-être psychologique de M. Jean-Claude Katende et de tous les défenseurs des droits humains en RDC ;

ii. Mener sans délais une enquête exhaustive, indépendante, effective, rigoureuse, impartiale et transparente quant aux faits décrits ci-dessus, afin d’identifier les responsables, de les traduire devant un tribunal indépendant, compétent et impartial conformément aux instruments internationaux et régionaux de protection des droits de l’Homme, et d’appliquer les sanctions pénales, civiles et/ou administratives prévues par la loi ;

iii. Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement ses articles 1 et 12.2 ;

iv. Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits humains ratifiés par la RDC.

Read the full post here