Lafarge lawsuit (re complicity in crimes against humanity in Syria)

Pour la version française de ce profil, cliquez ici.

In November 2016, 11 former Syrian employees and two NGOs filed a criminal complaint before French courts against the cement company, Lafarge, for alleged abuses committed in Syria by its subsidiary Lafarge Cement Syria (LCS).

Lafarge is charged for complicity in war crimes, crimes against humanity, financing of a terrorist enterprise, deliberate endangerment of people's lives and forced labour. These charges are based on facts occurring between 2011 and 2014 when Lafarge decided to maintain its business activities in Syria in the midst of the Syrian Civil War. In order to do so, the company allegedly bought raw material from diverse jihadists groups, among which ISIS (Islamic State of Iraq and the Levant), and allegedly negotiated safe passage of its workers and products in exchange for compensations amounting to 13 million euros. 

In June 2017, the Paris Public Prosecutor opened an investigation for financing terrorism. On 28 June 2018, Lafarge was indicted by French investigative judges for complicity in crimes against humanity. It named as defendants the group Lafarge itself (98% shareholder of LCS), its Syrian subsidiary, two senior executives at the time (Bruno Lafont, and Bruno Pescheux) and its current CEO (Frédéric Jolibois).

In 2015, Lafarge merged with Holcim. Lafarge-Holcim immediately announced that its subsidiary Lafarge SA would appeal in an effort to challenge "offenses that do not fairly reflect (its) responsibilities."The plaintiffs are now demanding the opening of a compensation fund for all former employees of LCS and their families. In October 2018, the investigative magistrates seized part of Lafarge ex-executives’ severance payments, about 2.475 million euros.

In October 2019, the Paris appeals court dismissed the request of the two NGOs to be civil parties in the case. On 7 November 2019, a French appeal court dropped the crimes against humanity charges against the company. Sherpa adn ECCHR will appeal to the Supreme Court.

- "France's Lafarge has charge of crimes against humanity lifted: lawyers", Reuters, 7 Nov 2019
- “LafargeHolcim’s French unit under formal investigation over Syria activities”, Financial Times, 28 Jun 2018
- "Lafarge paid 13 million euros to armed groups to keep operating in Syria, rights group say", Emmanuelle Jarry, Reuters, 12 Dec 2017
- “France launches judicial inquiry into activities of Lafarge over allegations of financing terrorist enterprise & endangering lives in Syria", Reuters, 13 Jun 2017
- “LafargeHolcim's CEO resigns following evidence of the company's indirect financing of armed groups in Syria”, AFP, 16 May 2017
- “Lafarge Scandal Points to Difficulty for Businesses in War Zones”, New York Times, 24 Apr 2017

Lafarge:

- LafargeHolcim concludes independent investigation into legacy Syria operations and issues summary of investigation findings, 24 Apr 2017

Sherpa:

- “Landmark Decision in Lafarge Case”, 28 Jun 2018
- "Submission from SHERPA and ECCHR on an indictment of Lafarge for complicity in crimes against humanity", 15 May 2018 
- “Important step in the « Lafarge in Syria » case: Nomination of three investigative judges”, 13 Jun 2017
- “Lafarge in Syria: the conclusion of their internal report admitted the implication of the parent company”, 24 Apr 2017

ECCHR:

- Sherpa and ECCHR to appeal decision in Lafarge/Syria case at French Supreme Court, 7 Nov 2019
-“Can the Lafarge case be a game changer? French multinational company indicted for international crimes in Syria”, 31 Aug 2018

Get RSS feed of these results

All components of this story

Article
24 April 2017

Lafarge in Syria: the conclusion of their internal report admitted the implication of the parent company

Author: Sherpa

Successive departures...from Lafarge are the first significant steps of the company towards the recognition of its liability...following Sherpa’s complaint...for funding terrorism, complicity in war crimes and crimes against humanity. The internal report, by admitting the French management’s involvement, confirms...the parent company was the final decider for the human rights violations perpetrated in Syria...[T]he French duty of care bill...will now obstruct such a lack of vigilance from a parent company on its supply chain...“Soft law" solutions proposed...are way insufficient and demonstrated their inefficiency...serious human rights violations have to be judged according to hard law in order to ensure justice...

Download the full document here

Article
24 April 2017

Lafarge Scandal Points to Difficulty for Businesses in War Zones

Author: Liz Alderman, New York Times (USA)

[Lafarge S.A.] announced that its chief executive...would resign after an internal investigation...found [its] Syrian [Cement Plant] operation’s managers paid off armed groups to allow safe passage for employees and keep supplies flowing...The company has argued that its local managers saw little [other] recourse...The French economy ministry is pursuing a lawsuit against the company over possible violations of international sanctions...Sherpa...accused the company of complicity in war crimes doing business with the terrorist group Islamic State...Lafarge has declined to publicize which local armed groups it funded, saying only that it involved “sanctioned parties.”...Lafarge said it would create an ethics and integrity committee...

Read the full post here

Article
24 April 2017

LafargeHolcim concludes independent investigation into legacy Syria operations and issues summary of investigation findings

Author: LafargeHolcim

[M]anagers of legacy Lafarge operations were alleged to have had dealings with certain armed groups and sanctioned parties at Lafarge’s plant in Syria...[LafargeHolcim's Board] commissioned an internal investigation...[and] concluded that [the CEO] was not responsible...[as well as that] LCS [Lafarge Cement Syria] used intermediaries...without regard to the identity of the groups involved...The combination of the war zone chaos and the “can-do” approach...may have caused [local management] to seriously misjudge the situation...inconsistent with Lafarge’s policies. Its compliance program...failed to prevent these breaches...There have been significant changes and developments made to the compliance program and infrastructure since...

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: LafargeHolcim

…Le Conseil d’administration, au terme de cette enquête indépendante, a confirmé que certaines mesures prises en vue de permettre à l’usine syrienne de poursuivre un fonctionnement sûr étaient inacceptables et que des erreurs de jugement significatives, contrevenant au code de conduite alors en vigueur, avaient été commises. Les résultats de l’enquête confirment également que, bien que ces mesures aient été prises à l’initiative la direction locale et régionale, certains membres de la direction du Groupe ont eu connaissance de situations indiquant des violations du code de conduite des affaires de Lafarge.

…Le Conseil d’administration confirme les mesures correctives annoncées…notamment l’adoption d’une procédure plus rigoureuse d’évaluation des tiers à haut risque, l’instauration d’un programme de dépistage des tiers à risques et d’un nouveau programme de contrôle autour des sanctions et des exportations, ainsi que la poursuite d’autres efforts identifiés dans le cadre d’un exercice de benchmark externe que le Groupe a entrepris…

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: Agence Télégraphique Suisse (ats)/nxp

Le directeur général de LafargeHolcim, Eric Olsen était sur la sellette dans le cadre du financement indirect de groupes armés en Syrie. Le groupe a toutefois écarté la responsabilité de ce dernier.

...«Bien que je n'aie été en aucune manière impliqué, ni même informé d'actes répréhensibles, je pense que mon départ contribuera à ramener de la sérénité à une société», a-t-il ajouté...

En mars, le groupe avait admis avoir conclu des arrangements pour maintenir l'activité d'une cimenterie située à Jalabiya, à 150 kilomètres au nord-est d'Alep. La filiale locale, qui appartenait alors à Lafarge avait remis des fonds à des tierces parties pour trouver des arrangements avec des groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions...

Dans un communiqué...le cimentier a confirmé lundi que certaines mesures prises en vue de permettre à l'usine syrienne de poursuivre un fonctionnement sûr étaient inacceptables. Des erreurs de jugement significatives «ont été commises».

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: Vincent de Féligonde, La Croix (France)

"« LafargeHolcim et ses dirigeants pourraient encourir plusieurs peines »", 2 mars 2017

Avocate, coordinatrice du Groupe d'action judiciaire de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), Clémence Bectarte analyse la reconnaissance par le groupe cimentier de la responsabilité de sa filiale syrienne dans le financement de Daech en 2013 et 2014...

La justice française est-elle compétente même si ces crimes ne se sont pas passés en France et n'impliquent pas directement des salariés français ?
Oui. Car les faits impliquent Lafarge, une entreprise qui avait son siège social en France, et supposent la présence en France de « complice présumé » d'infraction commise à l'étranger. Le principe de « compétence universelle » s'applique en pareil cas...

Ce type de mise en cause est-il une première ?
S'agissant de l'infraction de financement de terrorisme, c'est une première en France s'agissant d'une entreprise de cette envergure. En revanche, il y a eu beaucoup de plaintes, en France et ailleurs, afin d'obtenir l'ouverture d'enquêtes judiciaires et des condamnations sous l'angle de la complicité de violation des droits humains, notamment aux États-Unis et en Belgique...

Avec succès ?
Non. La plupart des tentatives ont échoué jusqu'à présent. La plupart des législations protègent en réalité les entreprises. Elles se réfugient derrière le fait d'agir à l'étranger derrière des filiales. Cela leur a permis très souvent d'échapper à des condamnations...

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: Le Monde (France)

...LafargeHolcim a admis, jeudi 2 mars, avoir conclu des arrangements « inacceptables » pour assurer la sécurité d'une cimenterie en Syrie, déchirée par la guerre, entre 2012 et 2014.

Le groupe reconnaît que la filiale locale qui appartenait alors au français Lafarge « a remis des fonds à des tierces parties afin de trouver des arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions », sans pouvoir établir les destinataires finaux...

Selon Le Monde, qui avait révélé l'affaire le 21 juin, ces arrangements ont profité à l'organisation Etat islamique (EI)...

« Les responsables des opérations en Syrie semblent avoir agi d'une façon dont ils pensaient qu'elle était dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de ses employés. Néanmoins, l'enquête révèle des erreurs de jugement significatives en contradiction avec le code de conduite alors en vigueur » [souligne LafargeHolcim]

A la suite des révélations du Monde, plusieurs ONG, puis le ministère de l'économie, ont porté plainte contre le cimentier, l'accusant notamment de financement du terrorisme et d'avoir enfreint les sanctions édictées par l'Union européenne...

Read the full post here

Item
+ Français - Hide

Author: LafargeHolcim

La presse a relayé le dépôt d’une plainte relative à l’activité de la filiale syrienne de Lafarge sur la période 2013-2014...

...[L]’usine du groupe Lafarge de Jalabiyeh s’est retrouvée, en 2013, au milieu d’une zone de conflit violent et...la priorité du Groupe a été d’assurer impérativement la sécurité de ses collaborateurs et de leurs familles...Tous les collaborateurs ont été évacués sains et saufs. L’ensemble des collaborateurs de l’usine ont continué à percevoir un salaire jusqu’en décembre 2015...

Le groupe LafargeHolcim tient, par ailleurs, à rappeler qu’il a lancé une enquête approfondie et indépendante...Le Code de conduite des affaires du Groupe impose le strict respect des lois en vigueur, ainsi que du droit international, dans tous les pays dans lesquels il opère. Le Groupe récuse, évidemment, tout idée de financement d’organisation qualifiée de terroriste...

Read the full post here

Item
+ Français - Hide

Author: Sherpa

...« Le cas Lafarge démontre une fois de plus comment les multinationales qui opèrent en zones de conflit peuvent directement alimenter des conflits armés et contribuer à de graves violations de droits de l’homme. Les entreprises comme Lafarge doivent être tenues responsables.»...

...[D]es arrangements auraient alors été passés entre LCS [Lafarge Cement Syria] et Daesh afin de pouvoir maintenir l’activité dans l’usine, notamment grâce à l’obtention de laissez-passer tamponnés par le groupe djihadiste, et à l’achat de matières premières nécessaires à la production de ciment...dans les zones contrôlées par Daesh...

...Sherpa et ECCHR poursuivent également le cimentier et sa filiale pour mise en danger délibérée d’autrui...

...La proposition de loi sur le devoir de vigilance, qui garantirait le respect des droits humains en encadrant les activités des multinationales et sur laquelle les députés se prononceront le 29 novembre prochain, apparaît plus que jamais essentielle...

Download the full document here

Article
+ Français - Hide

Author: Christophe Ayad, Le Monde (France)

Le cimentier [Lafarge] est accusé d'avoir indirectement payé des taxes et des droits de passage à l'organisation Etat islamique...

L'ONG française Sherpa...a déposé plainte...contre le cimentier franco-suisse LafargeHolcim pour « financement du terrorisme », « complicité de crimes contre l'humanité », « complicité de crimes de guerre », « mise en danger d'autrui » et d'autres infractions connexes. La plainte, nourrie par...des sources diverses et des témoignages d'anciens salariés de la filiale syrienne du groupe, Lafarge Cement Syria, vise des faits qui se sont produits en Syrie en 2013-2014...

...[L]a question de la compétence des juridictions françaises ne se pose pas, bien que les faits se soient produits hors de France, de par la nature – terrorisme et crimes contre l'humanité – des faits visés ainsi que « dès lors que les personnes visées sont françaises »...

....« [L]a très grande gravité, mais aussi la complexité des faits...déroulés dans une zone de guerre »...« les conditions de travail exécrables » dans lesquels ont été amenés à évoluer les employés de Lafarge Syrie...

Interrogée par Le Monde, une porte-parole du groupe franco-suisse a mis en avant les engagements éthiques de Lafarge contenus dans son code de conduite des affaires, bien qu’il ne mentionne pas explicitement les questions de terrorisme...

Read the full post here