abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

26 Nov 2021

Author:
Human Rights Watch

Chine : Human Rights Watch demande aux sponsors des JO de Pékin 2022 d'aborder la question des risques liés aux droits de l'homme

"Chine : Les sponsors olympiques sous le feu des projecteurs à l’approche des JO de Pékin", 12 novembre 2021

À l’approche des Jeux olympiques de Pékin 2022, les principales entreprises partenaires du Comité international olympique (CIO) devraient expliquer publiquement de quelle manière elles exercent leur influence pour aborder la question des violations des droits humains en Chine, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Les sponsors devraient aussi presser le CIO d’adopter une politique en matière de droits humains afin d’identifier, prévenir, atténuer et tenir compte de tout impact négatif sur les droits dans toutes les opérations et événements olympiques, dont les Jeux d’hiver de 2022 à Pékin...

« Il ne reste que trois mois avant les Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin, mais les entreprises qui les sponsorisent restent muettes sur la façon dont elles exercent leur influence pour lutter contre le bilan épouvantable de la Chine en matière de droits humains », a déclaré Sophie Richardson, directrice pour la Chine auprès de la division Asie de Human Rights Watch...

Les entreprises faisant partie du Programme des partenaires olympiques (The Olympic Partner Programme, TOP) qui dépensent collectivement des milliards de dollars pour être associées au logo des cinq anneaux, fournissent une source considérable de revenus au CIO. Human Rights Watch leur a écrit en mai 2021, et en octobre 2021 dans le cas ainsi d’Allianz, pour leur demander de quelle manière elles gèrent les risques relatifs aux droits humains dans le cadre de leur participation aux JO de Pékin 2022. Human Rights Watch n’a reçu qu’une réponse, de la part d’Allianz qui a indiqué : « Nous soutenons le Mouvement olympique, et notre soutien de longue date à ses idéaux ne faiblira pas. »...

Parmi les partenaires du programme « TOP », selon le site web du CIO, figurent les entreprises suivantes : Intel, Omega, Panasonic, Samsung, P&G, Toyota, Visa, Airbnb, Atos, Bridgestone, Coca-Cola, Allianz, et Alibaba. De nombreux sponsors olympiques ont adopté des politiques par lesquelles elles s’engagent à travailler dans le respect des droits humains et à faire preuve de transparence sur la manière dont elles identifient et approchent les risques relatifs aux droits humains. Toutefois, d’après le Business & Human Rights Resource Center, Alibaba n’a pas de politique en matière de droits humains.

En réponse aux questions de Bloomberg quant à sa participation aux Jeux olympiques de 2022, la société Omega a déclaré : « En tant que marque de notoriété mondiale, nous sommes certainement conscients des tensions internationales et y accordons une attention particulière… Nous pensons sincèrement que les Jeux olympiques sont une occasion idéale de se rencontrer sur un terrain d’entente en faisant preuve d’unité. » De son côté, Airbnb a déclaré à Bloomberg : « Nous pensons que la Chine est plus que jamais un acteur important de notre mission consistant à mettre en relation des personnes du monde entier et venus d’horizons différents. »

Les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, adoptés en 2011 et largement approuvés par les entreprises, y compris par tous les sponsors des Jeux olympiques sauf un, contraignent celles-ci à lutter contre les impacts négatifs sur les droits qui découlent de leurs opérations, produits ou services dans la conduite de leurs affaires...