abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

En Guinée, un barrage cause des déplacements aux effets dévastateurs - Près de 16 000 personnes relocalisées dans le cadre du projet hydroélectrique de Souapiti, cofinancé par la Chine

Le gouvernement guinéen a omis de fournir des terres agricoles, une compensation adéquate et d’autres formes de soutien suffisantes aux personnes déplacées par le barrage hydroélectrique de Souapiti, ce qui a dévasté les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de milliers de personnes, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport...Le rapport...révèle que les communautés réinstallées, contraintes de quitter leurs foyers et leurs terres agricoles ancestrales, peinent à nourrir leurs familles, à rétablir leurs moyens de subsistance et à vivre dignement...

Le barrage de 450 mégawatts, qui selon le gouvernement guinéen améliorera considérablement l’approvisionnement en électricité du pays, provoquera le déplacement d’environ 16 000 personnes et inondera 253 kilomètres carrés de terres. Le gouvernement a déplacé une cinquantaine de villages en 2019 et a annoncé son intention d’en déplacer des dizaines d’autres en 2020...

« Le besoin urgent de la Guinée en électricité plus fiable ne devrait pas être une excuse pour porter atteinte aux droits des personnes déplacées par le barrage de Souapiti », a déclaré Yasmin Dagne, chercheuse auprès de la division Afrique de Human Rights Watch. « Le gouvernement guinéen devrait veiller à ce que les communautés déplacées aient accès aux terres et aux ressources dont elles ont besoin pour refaire leurs vies. »

Il s’agit d’un partenariat public-privé entre le gouvernement guinéen et la China International Water and Electric Corporation (CWE), une filiale de la société d’État China Three Gorges Corporation, qui construit le barrage et sera la détentrice et l’opératrice conjointement avec le gouvernement guinéen. La Banque d'exportation et d'importation de Chine (China Eximbank), qui a accordé des prêts de plus de 150 milliards de dollars pour soutenir les projets de la BRI, finance le barrage grâce à un prêt de 1,175 milliard de dollars au gouvernement guinéen...

CWE...a affirmé que le processus de réinstallation est à la charge du gouvernement de la Guinée mais a indiqué qu’en tant qu’actionnaire dans le projet de Souapiti, la compagnie « participe à la réinstallation et joue un rôle de superviseur ». China Eximbank n’a pas répondu à une lettre de Human Rights Watch...

 

Story Timeline