abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

Précisions de LafargeHolcim sur ses opérations en Syrie

Entre 2010 et 2014, Lafarge a exploité une cimenterie à Jalabiyeh en Syrie, à 160 km environ au nordest d’Alep. D’une capacité de 3 millions de tonnes, elle approvisionnait environ un tiers du marché local, répondant à un besoin de première nécessité de la population et aux besoins de développement économique de la Syrie.
 
Lorsque le conflit s’est rapproché de la zone de l’usine, la priorité absolue de Lafarge a toujours été d’assurer la sécurité et la sûreté de son personnel, tandis que la fermeture de l’usine était étudiée.
 
Dès septembre 2014, Lafarge a suspendu les opérations de l’usine de Jalabiyeh. A cette date, l’ensemble des collaborateurs a été évacué, mis en congés payés et l’accès à l’usine leur a été interdit.
 
En décembre 2015, compte tenu de l’évolution de la situation en Syrie, il a été décidé de mettre en œuvre un plan incluant des licenciements et, quand cela était possible, le transfert de certains collaborateurs dans d’autres unités du Groupe.

Part of the following stories

Syrie : Le cimentier Lafarge accusé d'avoir financé Daech ; avec une déclaration de l'entreprise

2 ONG poursuivent le cimentier Lafarge en France pour financement présumé du groupe terroriste Daech et complicité de crimes de guerre en Syrie

Lafarge lawsuit (re complicity in crimes against humanity in Syria)