abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

RGPD : la Ligue des droits de l’Homme complète sa plainte contre Uber auprès de la Cnil

« RGPD : la Ligue des droits de l’Homme complète sa plainte contre Uber auprès de la Cnil », 30 septembre 2020.

La Ligue des Droits de l’Homme revient devant la Cnil pour se plaindre une nouvelle fois d’Uber. Mardi, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) a déposé une plainte supplétive devant la Cnil. Cette plainte complète celle déposée le 12 juin dernier, relate Le Figaro à partir d’une information de l’AFP....La LDH est mandatée par 99 chauffeurs travaillant pour Uber. Elle déclare avoir relevé de nouveaux manquements lors de la publication par Uber de conditions supplémentaires à l’annexe chauffeurs, le 12 juillet 2020...En juin 2020, la LDH déclarait que Uber ne respecte pas le RGPD à l’occasion d’une action de groupe devant la Cnil menée pour le compte d’un collectif de chauffeurs émanant notamment du syndicat INV et avec le concours du cabinet d’avocats Metalaw. Le descriptif publié par la LDH montre la réalité du parcours pour obtenir des données personnelles sur la plateforme d’Uber. On observe un mélange de lourdeur administrative, d’absence totale de fluidité et de clarté, et de sérieuses zones d’ombre...

« Quand on a la chance d’avoir une réponse, les fichiers sont manifestement illisibles et incomplets. Chez Uber, les données sont inintelligibles pour une personne qui ne possède pas de compétence poussée en informatique et, qui plus est, en anglais » s’énerve la LDH. Elle cite le cas d’un chauffeur qui a reçu l’intégralité de ses données personnelles sous forme de seize fichiers Excel, en anglais...

Dernier point, la LDH considère qu’il est contraire au droit français et européen qu’Uber inclut une clause limitative de responsabilité en matière de sécurité des données dans ses conditions générales. « Cette clause permet à Uber de se dédouaner d’éventuels pertes ou vols de données » relève la LDH.

Cet accès aux données des chauffeurs est important pour LDH qui souligne que ces informations peuvent intervenir dans le contexte actuel où certains chauffeurs demandent des requalifications de leur activité en contrat de salarié d’Uber...

Story Timeline