abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

4 Mar 2022

Author:
Valentin Grille, BFM TV (France)

Ukraine: comment les entreprises françaises aident leurs salariés à partir

A une forte présence, échoit une lourde responsabilité. En Ukraine, c'est 160 groupes français qui sont implantés, employant près de 30000 salariés, français mais aussi ukrainiens ou russes. C'est tout simplement la plus importante présence étrangère dans le pays.

Les entreprises doivent donc désormais faire face au conflit, et aident leurs salariés à quitter les lieux...

Plusieurs entreprises se sont positionnées publiquement sur le sort réservé à leurs salariés, comme le groupe alimentaire Lactalis :

"On a mobilisé tout notre réseau dans les pays frontaliers, Pologne, Moldavie, Hongrie, Roumanie, pour les accueillir aux frontières, pour les loger. Nous sommes en train de voir s’ils pourront travailler dans nos laiteries et fromageries, pour maintenir une activité", détaille Christophe Piednoël, directeur des relations extérieures."

Le secteur bancaire est lui aussi mis à contribution : avec plus de 7000 salariés, BNP Paribas a décidé de "dispositifs d’accueil de collaborateurs et de familles en provenance des villes et régions particulièrement touchées par les attaques", tout en maintenant le fonctionnement de sa filiale, Ukrsibbank. Même stratégie à Crédit Agricole, avec un fonctionnement maintenu des agences.

Ubisoft, implanté à Kiev, a de son côté apporté des aides financières à ses salariés locaux, et payé les salaires en avance pour faciliter un départ.

La firme spécialisée dans le jeu vidéo a aussi mis en place des hotlines...

Timeline