hide message

Hello! Welcome to the Resource Centre.

We hope you find our free tools and resources useful. Did you know we also work directly with community advocates, providing them with the skills and resources to document corporate human rights abuses and effectively communicate with business?

This is only possible through generous donations from people like you.

Please consider supporting our work.

Thank you,
Phil Bloomer, Executive Director

Donate now hide message

Guinée: Un nouveau rapport souligne l'intimidation, la violence et les autres abus graves liés à l'extension de la mine d'or d'AngloGold

Get RSS feed of these results

All components of this story

Item
31 January 2017

Forced Relocation of Community Through Violence, Intimidation, and Exclusion at AngloGold Ashanti’s Mine in Kintinian, Guinea

Author: Centre de Commerce International pour le Développement (CECIDE) et Mêmes Droits pour Tous (MDT) (Guinée)

South African gold-mining giant AngloGold Ashanti acquired land to extend its open pit gold mine in Guinea through violence, intimidation, and other unethical behavior, according to a report released by Guinean civil society organizations today. The report examines a multi-year effort by AngloGold and its Guinean subsidiary, SAG, to evict approximately one thousand residents of “Area One” – a part of the village of Kintinian II in the northeastern corner of the country – to make way for a new open-pit mine. Through interviews with nearly one hundred affected villagers, government officials, and company representatives, the authors show that the community was excluded from consultation over the fate of the land, brutally repressed when they organized protests, and coerced into signing relocation agreements that they did not understand and that do not meet international standards...The report documents a wide range of abuses against Area One residents, including: Physical violence. When negotiations between Kintinian residents and SAG over the terms of relocation broke down, the Guinean government sent security forces...Intimidation to achieve relocation goals. Immediately after the suppression of the protest, armed soldiers accompanied SAG’s agents to survey residents’ household assets and pressured them to sign the inventories...Lack of transparency...villagers were pressured to sign documents in French – which very few can understand – without the opportunity to learn about their rights and options...Exclusion of the vulnerable, including women and children. SAG agents’ meetings with Area One residents were almost entirely with adult men; women and children were largely excluded...As a result, many wives, mothers, and children lost their land, completely without warning.

Read the full post here

Report
31 January 2017

Involuntary Resettlement for the Extension of a Gold Mine in Kintinian : Kintinian, Guinea – Fact-Finding Mission Report

Author: Centre de Commerce International pour le Développement (CECIDE) et Mêmes Droits pour Tous (MDT) (Guinée)

Since the announcement in March 2015 by Société AngloGold Ashanti de Guinée (“SAG”) that its operati ons at the gold mine of Siguiri would end in May 2016 if it remained limited to its current perimeter, the mining company and public authorities have tried everything to ensure the extension of SAG’s operations to at least one area within its c oncession: “Area One”. Such an extension required the resettlement of around 380 Kintinian families. The resettlement process was marked by several improprieties, including the involvement of the military and other security forces during the census and inventory process. The findings of the field mission led by two Guinean NGOs regarding wrongdoings in the resettlement process conducted by SAG revolve around six main points: (1) physical violence and intimidation; (2) contested legality of signed resettlement agreements ; (3) lack of legally required information and consultation ; (4) paltry compensation; (5) inadequate measures to restore the communities’ livelihoods ; (6) serious barriers to access to remedy...e. Negotiations led by residents asking for, among other things, local job creation, have failed and led to the arrest and imprisonment of negotiators...The arrival of security forces was accompanied by theft, violence and waves of arrests...key affected communities were left out of the consultation...Directly affected local communities were not consulted in the design of the matrix to be used to calculate their resettlement compensation while the local legal framework was widely insufficient...Most of the individuals who participated in the investigation stated that they did not know whether SAG had a grievance mechanism....SAG confirms that security forces were present in Kintinian during the inventory but believes that “there was never any coordination between SAG and the military” and that the military “did not, under any circumstances, participate in the inventory process...SAG acknowledges the absence of a public interest decree as provided in...the Guinean Land Code in the context of an expropriation...Accordingly, no public interest declaration was granted in relation to this project.”...SAG asserts that it has met all of its commitments. AngloGold denies all allegations regarding flaws in the inventory process...SAG stated that it found the communities’ demands regarding livelihood “unreasonable”, especially a demand from the youth to hire 200 people...SAG admits that “no formal livelihood restoration plan was established...AngloGold asserted in August 2016 that a grievance mechanism was operational on site and that no complaint had been submitted relating to the resettlement of Area One. The mining company stated that the mechanism had been effectively put in place and meetings had been organized to address any concern voiced by affected persons.

 

Read the full post here

Report
+ Français - Hide

Author: Centre de Commerce International pour le Développement (CECIDE) et Mêmes Droits pour Tous (MDT) (Guinée)

Depuis l’annonce en mars 2015 par la Société AngloGold Ashanti de Guinée (« SAG ») que l’exploitation de la mine d’or de Siguiri prendrait fin en mai 2016 si celle-ci restait limitée à son périmètre initial, tout a été mis en œuvre par la société minière et les pouvoirs publics pour assurer l’extension des opérations sur au moins une des autres zones exploitables située dans la concession de la SAG, la zone « Area One ».L’extension des opérations de la SAG a exigé la réinstallation d’environ 380 familles à Kintinian. La procédure de réinstallation a été entachée d’irrégularités, dues notamment à l’implication des forces de défense et de sécurité dans le processus de recensement des personnes et des biens. Les conclusions de l’enquête menée par deux ONG guinéennes sur les irrégularités de la procédure de réinstallation menée par la SAG s’articulent autour de six axes: (1) violences physiques et intimidations ; (2) légalité contestée des accords de réinstallation signés ; (3) manque d’i nformation et de consultation légalement requises ; (4) compensations dérisoires ; (5) mesures inadéquates pour rétablir les moyens de subsistance ; (6) obstacles importants pour accéder aux voies de recour...Les négociations menées par ces derniers auprès de la SAG en vue d’obtenir, entre autres, la création d’emplois locaux ont échoué, et les négociateurs ont été arrêtés et détenus... L’arrivée des forces de l’ordre a été accompagnée de vols, violences et autres arrestations massives...les communautés directement affectées ont été exclues des consultations...Les communautés locales directement affectées par la réinstallation n’ont pas été consultées pour déterminer le barème d’indemnisation à utiliser pour calculer leurs compensation...La plupart des participants à l’enquête ont affirmé ignorer si la SAG disposait d’un système de gestion des plaintes...La SAG confirme que les forces de l’ordre étaient présentes à Kintinian lors du recensement, mais elle estime « qu’il n’y a jamais eu de coordination entre la SAG et l’armée » et que l’armée « n'a en aucun cas participé au processus du recensement actuel.»...La SAG admet qu’aucune d éclaration d’utilité publique n’a été accordée...La SAG maintient avoir agi conformément à ses engagements. AngloGold rejette les allégations portant sur les fail les du recensement...La SAG dit avoir trouvé les demandes des communautés, en ce qui concerne les moyens de subsistance, « déraisonnables », surtout une demande de la jeunesse à la SAG d'employer 200 personnes...La SAG reconnait qu’un plan formel pour rétablir les moyens de subsistance n’a pas établi...AngloGold a attesté en août 2016 de l’existence d’un système de gestion des plaintes opérationnel sur place, pour lequel aucun grief n’avait été enregistré relatif au processus de relocalisation d’Area One. La société minière affirme que le mécanisme avait effectivement été mis en place et que des réunions avaient été organisées afin de répondre aux inquiétudes des personnes affectées.

Read the full post here

Item
+ Français - Hide

Author: Centre de Commerce International pour le Développement (CECIDE) et Mêmes Droits pour Tous (MDT) (Guinée)

Le géant minier AngloGold Ashanti a acquis les terres pour l’extension de sa mine d’or à ciel ouvert en Guinée par violences, intimidations et d’autres comportements non éthiques, selon un rapport publié aujourd’hui par des organisations de la société civile guinéenne. Le rapport examine les efforts s’étalant sur plusieurs années d’AngloGold et sa filiale en Guinée, la SAG, d’expulser environ mille habitants de « Area One » – zone faisant partie du village de Kintinian II dans le nord-est du pays – afin de développer une nouvelle mine à ciel ouvert. A travers des entretiens avec presque cent membres des communautés affectées, des représentants étatiques et de la société, les auteurs démontrent que la communauté a été exclue des consultations concernant l’utilisation des terres, a été brutalement réprimée lors de leurs manifestations, et a été contrainte à signer les accords de réinstallation qu’elles ne comprenaient pas et qui ne répondaient même pas aux normes internationales. Le rapport fait état d’une large gamme d’abus contre les habitants de Area One, notamment : Violence physique. Lorsque les négociations entre les habitants de Kintinian et la SAG concernant les termes de la réinstallation ont été rompues, le gouvernement guinéen a envoyé ses forces de défense et de sécurité...Intimidation pour atteindre les objectifs de réinstallation. Juste après avoir supprimé les manifestations, les militaires armés ont accompagné les agents de la SAG pour effectuer le recensement des biens des habitants et les presser de signer les fiches de recensement...Manque de transparence: les habitants ont été contraints de signer des documents en français – une langue parlée par peu des habitants – sans avoir l’occasion de se renseigner sur leurs droits et leurs options...Exclusion des populations vulnérables, y compris les femmes et les enfants. Les rencontres des agents de la SAG avec les habitants de « Area One » étaient presque entièrement réalisées avec la participation des hommes adultes ; les femmes et les enfants ont été largement exclus...En conséquence, la plupart des femmes, des mères et des enfants ont perdu l’accès à leur terre, complètement sans avertissement.

Read the full post here

Company response
+ Français - Hide

Author: Société AngloGold Ashanti de Guinée

SAG en tant que filiale de AngloGold Ashanti Limited souscrite aux principales normes internationales et principes [concernant les droits de l'homme]...

[Cette déclaration répond aux questions suivantes :]

Q : L'État a exercé une pression par la violence militaire et la société a profité de cette intimidation, contrairement à la législation nationale et aux normes internationales ?
Nous ne sommes au courant d’aucune violence militaire concernant le processus de réinstallation.

Q : Le consentement a été obtenu par la violence ?
...la SAG n’a pas – et ne voudra pas – entreprendre ou tolérer tout comportement menaçant pour sécuriser l’accès à la terre.

Q : Consentement donné par erreur ?
L’équipe SAG, aux côtés des départements techniques de l’État...a entrepris un processus de consultation de 60 jours à partir de février 2016 pour expliquer en détail le contenu des accords pour tout le Projet concernant le gens touchés...

Q : Absence de consultation auprès des collectivités touchées par le RAP ?
...[Le Plan d’Action de Réinstallation]...a été présenté, à plusieurs reprises, aux autorités locales...[et] à un Comité de Village établi par les autorités préfectorales afin d’agir comme un lien entre la Société et la communauté...

Q : Défaut d’information et de mise en œuvre intégrale du RAP ?...

Q : Rémunération dérisoire ?...

Q : Clauses abusives dans les accords de réinstallation ?

Download the full document here