hide message

Welcome to the Resource Centre

We make it our mission to work with advocates in civil society, business and government to address inequalities of power, seek remedy for abuse, and ensure protection of people and planet.

Both companies and impacted communities thank us for the resources and support we provide.

This is only possible because of your support. Please make a donation today.

Thank you,
Phil Bloomer, Executive Director

Donate now hide message

France : Beaucoup d'entreprises négocient des accords financiers avec les victimes de harcèlement sexuel pour éviter les poursuites

Author: Claire Domenech, Capital (France), Published on: 11 June 2019

« Harcèlement sexuel : comment les entreprises font taire les victimes », 8 juin 2019

Une femme sur cinq a déjà été confrontée au harcèlement sexuel sur son lieu de travail. C'est ce que révélait une enquête du Défenseur des droits en 2015. Des victimes dont le silence est souvent acheté...En effet, pour éviter les prud'hommes, nombre d'entreprises passeraient des transactions avec les salariées victimes de harcèlement sexuel. "Face au risque de médiatisation de ces dossiers qui sont graves, l'employeur veut faire en sorte que ce dossier puisse devenir confidentiel, en particulier quand ce sont de grandes entreprises. Et la manière de rendre un dossier confidentiel, c'est de signer une transaction", explique Maude Beckers, avocate spécialiste en droit des discriminations au travail.

Si aucun chiffre officiel sur le nombre d'indemnités versées par les entreprises n'est évoqué, plusieurs cabinets d'avocats, contactés par Franceinfo, indiquent que "les transactions peuvent représenter entre un quart et jusqu'à 90 % de leurs dossiers de harcèlement sexuel"...

...[F]ace au coût que représenterait une procédure, elles sont nombreuses à finalement accepter. "Ces femmes n'ont souvent pas les moyens d’aller en justice pour un procès long et très éprouvant, car cette affaire les a fragilisées. Elles ont perdu leur travail, et se retrouvent soit avec des allocations maladie soit avec une allocation chômage", explique l'avocate Rachel Saada...

Read the full post here