hide message

Welcome to the Resource Centre

We make it our mission to work with advocates in civil society, business and government to address inequalities of power, seek remedy for abuse, and ensure protection of people and planet.

Both companies and impacted communities thank us for the resources and support we provide.

This is only possible because of your support. Please make a donation today.

Thank you,
Phil Bloomer, Executive Director

Donate now hide message

Thaïlande : La ratification à la convention de l'OIT sur le travail forcé aurait amélioré la situation des pêcheurs, selon l'organisation

Author: OIT, Published on: 14 January 2020

« La contribution d'un protocole de l'OIT à la lutte contre le travail forcé dans la pêche thaïlandaise », 6 janvier 2020

Depuis que la Thaïlande a ratifié le Protocole (n° 29) de l'OIT à la convention sur le travail forcé de 2014, la situation des travailleurs de l'industrie des produits de la mer et de la pêche s'est améliorée. Le projet Ship to Shore Rights de l'OIT a aidé le gouvernement thaïlandais à mettre en place ces changements...

...Les nouveaux amendements sur le travail forcé...peuvent faire beaucoup pour que les employeurs, les travailleurs, les inspecteurs du travail, les procureurs et les juges comprennent combien le problème est urgent, comment l'identifier et comment y mettre fin. Cependant, il reste des défis à relever, en particulier pour faire évoluer les pratiques des employeurs et les règles gouvernementales, et pour faire réellement appliquer les nouvelles règles...

[Un pêcheur] affirme que sur son navire «les choses vont beaucoup mieux. Il y a eu une nette amélioration, la rémunération notamment est bien plus élevée et versée plus régulièrement. La charge de travail est maintenant mieux planifiée et nous avons davantage de temps de repos.»

... la Thaïlande n'a pas encore ratifié les conventions fondamentales de l'OIT n° 87 et 98 et les lois empêchant les migrants de créer et de diriger des syndicats signifient que la plénitude des droits de ces travailleurs – et à travers eux l'éradication du travail forcé – n'est pas encore une réalité.

Read the full post here