BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis impliquées dans le financement de la déforestation, selon Global Witness ; avec les déclarations des entreprises

Image result for deforestation

Get RSS feed of these results

All components of this story

Article
+ Français - Hide

Author: Sciences et Avenir avec AFP

Des banques françaises ont fourni environ deux milliards d'euros à des entreprises agroalimentaires favorisant la déforestation en dépit d'une loi qui leur interdit de financer les dégâts environnementaux, selon l'analyse d'une ONG spécialisée...

Trois ans après l'adoption par la France d'une législation historique, obligeant les sociétés à identifier et à prévenir toute violation des droits de l'Homme ou dégradation de l'environnement dans leur chaîne d'approvisionnement, de grands bailleurs de fonds continuent de financer des projets favorisant la déforestation dans la partie brésilienne de l'Amazonie, le Bassin du Congo et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, selon l'enquête de l'ONG Global Witness.

Cette ONG spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles estime que BNP Paribas, Natixis et le Crédit Agricole "ont toutes des politiques et des engagements dans les matières premières agricoles qui risquent de favoriser la déforestation".

L'AFP a contacté ces trois banques, mais Natixis n'a pas souhaité commenter ce rapport et le Crédit Agricole a assuré qu'il n'était pas en mesure de le faire...

"Nous réfutons fermement les allégations concernant une déforestation irresponsable ou conversion de terres", a affirmé à l'AFP un porte-parole d'Olam.

Il a précisé que son groupe travaillait étroitement avec le Gabon pour trouver "un équilibre entre les besoins de développement et l'impératif de préserver les forêts".

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: Global Witness

Alors que la crise climatique prend toujours plus d’importance dans l’actualité, les banques reconnaissent que l’agro-industrie en tant que secteur pose des risques d’ordre environnemental, social et de gouvernance (ESG) – surtout en matière de déforestation. Les trois banques françaises exposées dans cette étude ont toutes mis en place des politiques ou des engagements relatifs aux matières premières agricoles qui risquent de générer une déforestation...

La loi sur le devoir de vigilance...contraint les entreprises françaises d’une certaine taille à identifier, atténuer et prévenir les violations des droits humains et les dommages environnementaux dans leurs chaînes d’approvisionnement et leurs activités de financements. Ces entreprises sont tenues de rendre compte, chaque année, des risques en question ainsi que des mesures mises en place pour les atténuer.

Fondamentalement, les banques françaises font partie des entreprises couvertes par cette loi...Depuis l’adoption de cette loi, les trois banques françaises examinées [BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis] n’ont toujours pas rendu compte publiquement, dans leurs  « plans de vigilance » annuels, des risques identifiés spécifiquement posés par des entreprises exposées, impliquées dans ou liées à la déforestation et aux violations des droits humains associés...

Les stratégies de financement des banques françaises mises en évidence dans ce rapport adoptent une vision à court terme. Il est urgent que les banques françaises améliorent leurs politiques ainsi que la qualité des contrôles auxquels elles soumettent leur prestation de services, de financements et d’investissements pour veiller à ne pas financer la déforestation...

[L'article contient les déclarations de BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis]

Read the full post here

Article
+ Français - Hide

Author: Global Witness

Une enquête de Global Witness révèle l’ampleur des investissements consentis par le secteur financier français dans la déforestation mondiale, y compris par de grandes banques françaises. À la veille d’une réunion du gouvernement français qui portera sur la stratégie du pays en matière de lutte contre la déforestation associée à ses importations, Global Witness révèle que BNP Paribas, Natixis et Crédit Agricole sont toutes liées à d’importantes entreprises agro-industrielles associées à une déforestation extrêmement dommageable dans certaines des dernières grandes forêts tropicales de la planète...

La publication des conclusions sur ces banques françaises fait suite à une enquête publiée en septembre 2019 par Global Witness qui révélait que des pans entiers de la finance mondiale entretiennent la destruction des trois plus vastes forêts tropicales de la planète...

[Fait aussi référence à Bank of America, BNP Paribas, Deutsche Bank, HSBC, Santander, Standard Chartered]

Read the full post here