Este contenido es parte de un artículo más largo, pero no está disponible en español. Sin embargo recomendamos que pueda leerlo en el contexto de este texto:

La Commission européenne veut mieux protéger les lanceurs d'alerte

Autor(a): Cécile Ducourtieux, Le Monde, Publicado en: 17 April 2018

Pressée par le Parlement de Strasbourg, la Commission européenne devrait enfin proposer, d'ici au lundi 23 avril, une directive pour mieux protéger les lanceurs d'alerte partout dans l'Union européenne (UE)...Dans le projet de directive que Le Monde a pu consulter, la Commission explique vouloir encourager les potentiels lanceurs d'alerte à rapporter les faits, ou leurs soupçons, alors que, bien souvent, ils sont tentés de se taire, de peur des représailles...Le projet de directive interdit toute forme de rétorsion : licenciement, refus d'une promotion, blâme, harcèlement, ostracisme sur le lieu de travail, etc. Les pays doivent par ailleurs appliquer des sanctions « effectives, proportionnées et dissuasives » à l'encontre des entreprises ou des directions d'administrations qui pénalisent quand même les lanceurs d'alerte...« Ce texte représente une réelle percée pour la protection des lanceurs d'alerte dans l'Union », s'est félicité le député européen (Les Verts) Sven Giegold, très actif à Strasbourg dans la lutte contre l'évasion et la fraude fiscales...« L'enjeu, c'est d'arriver à boucler son adoption avant la fin de la législature et les élections européennes de mai 2019 », souligne la Française Virginie Rozière, députée européenne PRG, chargée d'un rapport d'initiative du Parlement de Strasbourg sur les lanceurs d'alerte, adopté en 2017.

 

Lea todo el artículo aquí