Madagascar: Accaparement des terres et élection présidentielle: le collectif Tany lance un appel aux électeurs et aux candidats

Obtenga fuente RSS de estos resultados

Todos los componentes de esta historia

Artículo
+ Français - Ocultar

Autor(a): Collectif TANY (Madagascar)

Parce que les terres sont d’une importance primordiale pour les Malgaches, dont la majorité vit en zones rurales,  le Collectif TANY appelle chaque citoyen à prendre en compte les positionnements et projets des candidats concernant les terres dans son choix le jour du vote. Différents types d’accapareurs de terre existent à  Madagascar et spolient les droits des communautés locales : des Malgaches, des opérateurs économiques de diverses nationalités résidant depuis longtemps à Madagascar, des sociétés souvent à capitaux d’origine majoritairement étrangère qui louent des terres, mais depuis 2003, des lois autorisent aussi la vente de terrains à des sociétés étrangères. Les citoyens devraient donc élire un candidat qui s’engage dans la protection des terres malgaches, notamment pour les paysans en vue du développement de l’agriculture familiale. Les populations victimes résistent de différentes manières pour protéger leurs biens et pour défendre leurs droits légitimes, mais de nouvelles lois posent beaucoup de problèmes. Selon le Collectif TANY, une des premières étapes importantes qui devrait figurer dans les projets du prochain président à élire devrait être un changement de la Constitution en vigueur, adoptée en 2010 sous le régime de Transition. Le point à enlever en priorité sera une phrase de l’article 1 selon lequel : « Les modalités et les conditions relatives à la vente de terrain et au bail emphytéotique au profit des étrangers sont déterminées par la loi. » car elle ouvre la porte à la légalisation de la vente des terres des ancêtres et à l’expulsion des communautés locales des terres dont elles tirent leur subsistance et leurs sources de revenus. Le contenu de la future Constitution devra faire l’objet d’un débat impliquant tous les citoyens.
 

Lea todo el artículo aquí

Artículo
+ Français - Ocultar

Autor(a): Rakoto, News Mada (Madagascar)

Tout le monde devrait encore garder en mémoire l’affaire «Daewoo Logistics». L’ancien Chef de l’Etat Ravalomanana avait projeté la cession des terrains cultivables à cette firme coréenne pour une durée de 99 ans. Cette affaire symbolisait l’appropriation des terres par l’ancien Chef de l’Etat. Elle avait éclaté le 18 novembre 2008 lorsque le «Financial Times» a révélé que Madagascar s’était engagé à louer une partie de ses terres. D’après les documents, plusieurs terrains situés dans plusieurs localités...ont été concernés, pour un total de 1,3 million d’hectares (soit la moitié de la surface cultivable de la Grande Ile) et ce, pour une modique somme de 2.666. 017.000 fmg, à l‘époque. Ces projets ont été prévus en échange de quelques infrastructures qui ne correspondaient nullement à la valeur de ces terres. Le pire est que, pour les Malgaches, la terre est sacrée car elle appartient aux ancêtres, alors que le projet avait été élaboré à son insu. C’est ce qui a d’ailleurs provoqué la colère populaire en 2008 et 2009...Dans un autre registre, toujours au sujet d’accaparement de terres, l’ancien président de la République, Marc Ravalomanana, a également «poussé» l’église protestante à vendre une partie de son terrain, à son fils en 2007.

Lea todo el artículo aquí