Dissimuler ce message

Bonjour! Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous espérons que vous appréciez les outils et ressources que nous mettons à votre disposition gratuitement. Saviez-vous que nous travaillons aussi directement avec des défenseurs des communautés et des défenseurs des droits, en leur fournissant les compétences et les ressources nécessaires pour documenter les violations des droits de l’homme et pour communiquer efficacement avec les entreprises ?

Ceci n’est possible que grâce aux dons généreux de personnes comme vous.

Merci de soutenir notre travail.

Je vous remercie,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

États-Unis : Plus de 350 journaux publient des éditoriaux réaffirmant leur droit et devoir d'informer face aux attaques de l'administration Trump

Auteur: Romain Geoffroy, Le Monde, Publié le: 21 August 2018

« Trump n'est pas le premier homme politique à attaquer les médias, mais il est peut-être le plus acharné », 16 août 2018

Largement critiqué par la presse américaine pour son ton conciliant envers Vladimir Poutine lors du sommet d'Helsinki, le 16 juillet, le président américain avait qualifié les médias de « véritables ennemis du peuple »...Un mois plus tard, plus de 350 journaux, sites et magazines américains reprennent cette expression et se rassemblent derrière le hashtag #EnemyOfNone (« ennemi de personne »). Que leur diffusion soit locale ou nationale, que leur ligne éditoriale soit progressiste ou conservatrice, des centaines de journalistes insistent, jeudi 16 août, sur l'importance de l'indépendance des médias...« Critiquer les médias – parce qu'ils ont sous-estimé ou surestimé des faits, parce qu'ils se sont trompés – est tout à fait normal », estime le quotidien new-yorkais dans son éditorial. « Les journalistes sont humains et font des erreurs. Corriger ces erreurs est au cœur de notre travail. Mais insister sur le fait que les vérités qui ne vous plaisent pas sont des "fake news" est dangereux pour la démocratie. Et qualifier les journalistes d'"ennemis du peuple" est dangereux, point. »

Tout lire