Afrique: Pour reconstituer les réserves de change de ses pays membres, la CEMAC exige des entreprises le rapatriment des recettes d’exportation des ressources naturelles

Auteur: Josiane Mambou Loukoula, Agence d'information d'Afrique centrale (République du Cngo), Publié le: 2 July 2018

"Economie : la Cémac exige le rapatriement des recettes minières", 29 juin 2018

Pour reconstituer les réserves de change des pays sous-régionaux, les patrons des compagnies exploitant les ressources naturelles ont été convoqués à la réunion de Douala, afin de les inviter à mobiliser leur contribution légale à cet effort communautaire en rapatriant les recettes d’exportation des ressources naturelles dans les pays où ils opèrent. D’après le dispositif juridique et réglementaire en vigueur dans les six Etats de la sous-région, le rapatriement des recettes d’exportation des ressources naturelles est une obligation légale. Seulement, assure Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), plusieurs entreprises, au mépris de cette disposition, ignorent leurs responsabilités et privent les Etats d’importants moyens financiers. Le rapatriement des recettes d’exportation des ressources naturelles, précise-t-il, est une exigence communautaire « conformément aux règlements que nous avons édictés, même s’il y a libre convertibilité au niveau de la zone franc ». Le non-respect de cette exigence communautaire par des entreprises qui concluent des accords avec certains Etats pénalise la Communauté...[Les entreprises]...seront désormais sanctionnées en cas de non-respect de cette disposition légale...De six mille milliards FCFA en 2010, à deux mille milliards FCFA en 2016, les réserves de change de la Cémac, cantonnées dans le compte des opérations du Trésor français, ont chuté de quatre mille milliards FCFA selon le Fonds monétaire international. Face à cette baisse drastique des réserves, les chefs des Etats de la Cémac avaient instruit, au sortir d’un sommet de crise en décembre 2016 à Yaoundé, des mesures à implémenter aussi bien par leurs gouvernements respectifs que par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), pour reconstituer ces réserves qui servent à soutenir les opérations d’importation vers ces six pays.

Tout lire