Australie : La destruction du patrimoine indigène par les entreprises minières suscite un tollé général

Les commentaires de Rio Tinto et BHP sont inclus dans cette histoire.

Pour plus de contenu sur ce sujet, veuillez vous référer à notre histoire en anglais.

https://www.flickr.com/photos/15124919@N05/22335399083

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
11 June 2020

La société minière BHP suspend son projet de perturber les sites autochtones après un tollé

Auteur: Fr24 News

Cette décision intervient quelques jours après qu’une autre société minière a déclenché la colère en détruisant d’anciennes grottes

Le géant minier BHP a suspendu ses plans d’expansion d’une mine en Australie-Occidentale car il craignait de détruire des dizaines de sites du patrimoine indigène.

Il fait suite à un tollé public concernant la destruction d’un site vieux de 46 000 ans par une autre entreprise, Rio Tinto, le mois dernier.

BHP avait obtenu l’autorisation de travailler sur jusqu’à 40 sites dans la région reculée de Pilbara dans le cadre de l’expansion d’une mine de minerai de fer.

Mais jeudi, il a déclaré qu’il consulterait davantage les groupes autochtones.

« Nous ne perturberons pas les sites identifiés sans de nouvelles consultations approfondies avec le peuple Banjima », a indiqué un communiqué.

« Cette consultation sera basée sur notre engagement à comprendre l’importance culturelle de la région », a-t-il ajouté. « Cela comprendra de nouvelles études scientifiques et des discussions sur l’atténuation et la préservation. »

Tout lire

Article
11 June 2020

Le géant minier BHP autorisé à détruire 40 sites aborigènes en Austrailie

Auteur: Capital

Le géant minier australien BHP a été autorisé à détruire jusqu'à 40 sites du patrimoine aborigène dans l'ouest de l'Australie, nouveau coup dur pour le patrimoine de l'Australie.

Le patrimoine culturel australien est en danger ! Alors que le géant minier Rio Tinto vient d'infliger un dommage irréversible à des grottes préhistoriques, son concurrent BHP a été autorisé à détruire des dizaines de sites aborigènes ! Des représentants de la communauté aborigène se sont dits "profondément troublés et attristés" par le fait que le géant minier anglo-australien, le mois dernier, ait détruit un site qui fut habité il y a plus de 46.000 ans par des Aborigènes, lors de travaux à l'explosif pour agrandir une mine de fer qui avaient été autorisés par le gouvernement de l'Etat d'Australie-occidentale.

Le ministre des Affaires aborigènes de cet Etat, Ben Wyatt, a annoncé jeudi avoir approuvé la demande de BHP de détruire 40 sites aborigènes. Il a donné ce feu vert le 29 mai, trois jours seulement après l'annonce des destructions commises par Rio Tinto qui ont provoqué l'émoi d'une partie de la population...

BHP n'a pas répondu aux questions de l'AFP. Mais le Sydney Morning Herald rapporte jeudi que le groupe minier compte suspendre son expansion dans l'attente d'une expertise scientifique et de consultations avec la population locale. Le minerai de fer est la ressource la plus exportée par l'Australie. Elle a rapporté 77 milliards de dollars australiens (47 milliards d'euros) l'année dernière.

Tout lire

Article
7 June 2020

En Australie, une compagnie minière fait exploser un site aborigène préhistorique

Auteur: Barthélemy Dont, korii.

Le 27 mai...l'entreprise minière Rio Tinto a réduit en poussière deux grottes aborigènes vieilles de 46.000 ans. Ses travaux à l'explosif avaient pour but d'agrandir une mine de fer située dans le Pilbara...Les «propriétaires traditionnels» de ces sites ancestraux sont les membres du peuple Puutu Kunti Kurrama et Pinikura (PKKP). Ses représentants assurent n'avoir été mis au courant du dynamitage que le 15 mai, une fois que les explosifs étaient déjà placés...Une autorisation de destruction a été accordée à Rio Tinto en 2013, en vertu de l'Aboriginal Heritage Act de 1972...le texte ne permet pas aux propriétaires traditionnels d'apposer leur veto à un projet...L'Aboriginal Heritage Act impose uniquement, en cas d'éventuels dommages, que soit étudiée la valeur culturelle du site et qu'il soit donné un rôle consultatif aux populations aborigènes concernées...

Selon Bloomberg, l'affaire a également fait des remous en interne chez Rio Tinto...les investisseurs sont devenus davantage attentifs à l'image éthique des entreprises...«Cela pose la question de ce qui est légal par rapport à ce qui est juste, résume Danielle Welsh-Rose, d'Aberdeen Standard Investments, l'un des actionnaires de Rio Tinto...Rio Tinto a finalement présenté ses excuses et annoncé qu'elle allait «revoir en urgence ses plans pour d'autres sites» dans la région...«Les questions sociales sont tout aussi importantes que les questions environnementales, assure Debby Blakey, PDG du Health Employees Superannuation Trust Australia. Elles sont essentielles à la protection de la valeur actionnariale.»...

Tout lire