Birmanie : L'ONG EarthRights accuse Total de complicité dans des abus; les banques DBS et OCBC également épinglées

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
11 September 2009

Singapour: deux banques réfutent abriter des fonds pour la junte birmane

Auteur: AFP

Deux banques singapouriennes ont rejeté jeudi les accusations d'une ONG affirmant que deux établissements de la cité-Etat abritaient des fonds pour le compte de la junte birmane, fonds qui seraient alimentés par Total et Chevron. DBS Group Holdings et le groupe bancaire singapourien Oversea-Chinese Banking (OCBC) ont démenti jeudi soir dans des communiqués distincts les affirmations de l'organisation EarthRights International (ERI) basée aux Etats-Unis: "Le rapport de l'ERI est totalement faux et dépourvu de fondement", a déclaré un porte-parole de DBS.

Tout lire

Article
11 September 2009

« Total n’est ni un outil politique ni une ONG »

Auteur: entretien avec Christophe de Margerie, directeur général de Total, coordonné par Marc Lomazzi, dans Le Parisien

Sous le titre « Birmanie : le rapport qui accuse Total », « Libération » a dévoilé hier un rapport de l’ONG EarthRights International, selon lequel le groupe pétrolier français serait l’un des principaux soutiens financiers de la junte au pouvoir en Birmanie depuis 1962... Durant plus de deux heures, il a répondu à leurs questions. Dans cet entretien, il s’explique donc sur la Birmanie, révélant au passage que, lors de sa dernière rencontre avec celle qu’il appelle « la Lady », l’opposante à la junte Aung San Suu Ky ne lui a pas demandé de quitter le pays.

Tout lire

Article
10 September 2009

En Birmanie, la junte pompe l’argent de Total

Auteur: Arnaud Vaulerin, Libération [France]

Total est à nouveau rattrapé par ses liens troubles avec la junte birmane. Dans un rapport publié aujourd’hui, que Libération a pu lire en avant-première, l’ONG américano-thaïlandaise Earth Rights International (ERI) accuse le géant pétrolier français et son partenaire américain Chevron (ex-Unocal) d’être les principaux soutiens financiers de la junte, au pouvoir depuis 1962, ainsi que d’avoir «contribué à un haut niveau de corruption en Birmanie» et de se rendre indirectement complice de «travail forcé et d’exécutions» sur le site du gisement gazier de Yadana, dans le sud du pays... Selon les enquêteurs «75% des revenus du projet Yadana vont directement au régime militaire». Loin d’être versée au budget national, cette manne détournée par les généraux «est localisée dans deux grandes banques offshore à Singapour, réputées pour abriter des fonds des gouvernements de la région et des diasporas». D’après ERI, il s’agit d’une part de la «Overseas Chinese Banking Corporation (OCBC), qui détient la plupart de ces revenus», d’autre part de «DBS Group».

🚫Tout lire