Brésil : L' Agence nationale des mines aurait pu exiger des mesures d’urgence de la part de Vale pour éviter la rupture du barrage de Brumadinho si elle avait été correctement informée

Auteur: AFP et Le Monde (France), Publié le: 7 November 2019

"La rupture du barrage de Brumadinho, qui a fait 270 morts et disparus au Brésil, « aurait pu être évitée »", 6 novembre 2019

« Si l’ANM [l’Agence nationale des mines] avait été informée correctement, elle aurait pu exiger des mesures d’urgence de la part de l’entreprise, ce qui aurait pu éviter la catastrophe », a affirmé cette agence dans un communiqué. L’ANM explique que les informations qu’elle a reçues de la part de Vale avant la rupture du barrage « ne concordaient pas avec les éléments présentés dans des documents internes du groupe minier »...

L’agence explique avoir reçu le 30 janvier un rapport de Vale datant du 8 janvier selon lequel aucune anomalie n’avait été constatée. Mais un autre rapport reçu le 15 février et datant du 22 janvier, soit trois jours avant la rupture, faisait état de « toutes les irrégularités » qui auraient causé le drame...

Vale, premier groupe mondial de minerai de fer, a expliqué mardi qu’il ne commenterait le rapport de l’ANM qu’une fois qu’il l’aurait « analysé intégralement »...

Le 20 septembre, la police brésilienne a recommandé l’inculpation d’employés de Vale et de la société d’audit allemande TÜV SÜD accusés d’avoir falsifié des documents pour attester de la solidité du barrage...

Tout lire

Entreprises concernées: TÜV Süd Vale