Brésil : Une militante écologique luttant contre l’accaparement de terres torturée et assassinée dans un contexte de violations croissantes des droits des indigènes

Auteur: Silvana Conte, Reporterre , Publié le: 8 April 2019

« Dans le Brésil de Bolsonaro, indigènes et écologistes payent le prix du sang », 2 avril 2019

Rosane Santiago Silveira, 59 ans, a été torturée et assassinée chez elle dans la ville de Nova Viçosa (État de Bahia) le 29 janvier. Elle s’opposait à l’exploitation d’eucalyptus, prédatrice de terres dans la région…

Défendre l’environnement au Brésil est une activité dangereuse pour les militants écologistes. Selon l’ONG britannique Global Witness, qui a enregistré 57 exécutions au Brésil en 2017, le pays a été l’un des leaders des assassinats d’activistes écologistes en 2016 et 2017…

Le rapport de l’ONG britannique démontre encore que l’agroalimentaire est le secteur le plus dangereux, dépassant pour la première fois le secteur minier…

L’invasion des terres protégées et la croissance de la déforestation sont en progression depuis deux ans au Brésil…

…[Sous Bolsonaro], le gouvernement a transféré la responsabilité de l’identification, de la délimitation, de la reconnaissance et de la démarcation des terres indigènes au ministère de l’Agriculture (Mapa), actuellement dirigé par la ministre Tereza Cristina Dias, chef du Front parlementaire agroalimentaire (FPA) et fervente défenseur de l’agrobusiness…

Tout lire