Burkina Faso: Les terroristes s'attaquent à l'industrie minière du pays

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
10 February 2020

Burkina Faso : La mine d'or Semafo de Boungou réouvre après une attaque armée qui a tué 38 employés

Auteur: AFP et TVA Nouvelles

« Réouverture de la mine d'or canadienne fermée après une attaque », 6 février 2020.

Le producteur d'or canadien Semafo a annoncé...la réouverture de sa mine d'or de Boungou...fermée en novembre après une attaque qui avait fait 38 morts parmi les employés...Un hélicoptère pouvant transporter 10 employés à la fois a commencé à faire la navette entre la mine et Fada, ville située à environ 200 km à l'est d'Ouagadougou, a indiqué Semafo. Avant l'attaque du 6 novembre...le transport se faisait plutôt par convois routiers. Dès que la construction d'une piste d'atterrissage sera terminée, les transferts se feront par avion...

La société...souligne cependant que le gouvernement devra à court terme améliorer la sécurité sur la route menant à la mine avant qu'elle ne puisse envisager une plus grande fréquence des livraisons d'or...Le 6 novembre, des hommes armés non identifiés avaient tendu une embuscade à un convoi de cinq cars, escortés par des militaires, transportant des travailleurs de Boungou, à 40 km de la mine. Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est confronté à des attaques jihadistes, qui ont fait environ 800 morts selon un décompte de l'AFP et près de 600 000 déplacés depuis 2015...

Tout lire

Article
8 February 2020

Burkina Faso: réouverture de la mine de Boungou, les employés acheminés par les airs

Un convoi des travailleurs de la mine avait subi une attaque terroriste le 6 novembre 2019. Trente-huit personnes avaient été tuées et depuis lors, les activités de la mine d'or s’étaient arrêtées...

Pour la reprise, les responsables disent adopter une approche basée sur la prudence. La Semafo annonce que les employés de la mine de Boungou seront transportés grâce à un pont aérien. Un hélicoptère a déjà commencé à transférer les travailleurs de la ville de Fada N’Gourma à Boungou. Il sera remplacé par un avion dès que la piste d’atterrissage en construction sera prête. « Les machines tournent et les rotations des employés ont déjà commencé », confie une source locale...

Les responsables de la mine soulignent que le gouvernement devra assurer une plus grande sécurité sur les routes et dans la région afin d’accroitre la fréquence des livraisons requises pour poursuivre les activités au-delà des trois premiers mois. « L’expansion du programme demeure conditionnelle à une amélioration de la sécurité dans la région », précise la société canadienne.

Un cadre au ministère burkinabè des Mines assure que l’office national de sécurisation des sites miniers a pris des dispositions pour la sécurisation des travailleurs et du site.

Tout lire

Article
12 November 2019

OR: le Burkina Faso et son industrie minière face au défi du terrorisme

Auteur: Claire Fages, RFI

Au Burkina Faso, l'attaque meurtrière d'un convoi de l'opérateur minier Semafo a conduit ce dernier à suspendre la production d'or sur son site de Boungou. L'industrie aurifère burkinabé est confrontée à de graves défis sécuritaires, qui n'ont pas, pour l'heure, découragé les compagnies étrangères...Semafo...incarne désormais autant la sévérité du risque terroriste pour l'industrie minière que l'essor extraordinaire de l'extraction aurifère au Burkina Faso. A elle seule la mine de Boungou, entrée en production l'an dernier, a permis au pays sahélien de produire 15 % d'or supplémentaire en 2018. Ce qui a hissé le Burkina Faso, avec ses 52 tonnes d'or, au quatrième rang d'Afrique...

Le terrorisme dans le Sahel risque-t-il de remettre en cause la ruée vers l'or burkinabé ? La situation est de plus en plus compliquée pour l'industrie minière : 28 attaques en trois ans, dont 19 rien que cette année, la plupart liées au terrorisme islamiste. Les expatriés ne voyagent plus que par hélicoptère de la capitale Ouagadougou vers les sites miniers. Les bâtiments doivent être renforcés de blindages. Les convois routiers sont escortés par l'armée burkinabé, mais ce n'est pas suffisant comme le drame du convoi de Semafo l'a prouvé... 

Mais jusqu'à présent ni les risques ni les dépenses supplémentaires n'ont dissuadé les compagnies étrangères présentes...Semafo ne fait que suspendre sa production et ni son concurrent Canadien Iamgold, qui exploite le premier gisement aurifère du pays, près de la frontière du Niger, ni le Russe Nordgold...n'ont l'intention de quitter le pays.Cependant le climat de violence risque de dissuader l'exploration, qui demande de parcourir de vastes périmètres. 

 

Tout lire

Article
11 November 2019

Pourquoi le terrorisme vise l'or du Burkina Faso ?

Auteur: Didier Julienne, La Tribune Afrique (Maroc)

L'attentat perpétré contre des employés du site aurifère de la Semafo vise à dissuader les investisseurs et à réduire la production, ce qui aurait des conséquences pour les Etats de la région et influencerait les cours du métal jaune...Les mines du Burkina Faso produisent environ 60 tonnes d'or par an, les producteurs artisanaux environnent une dizaine de tonnes. Au cours actuel, c'est une assiette fiscale de près de 3,2 milliards d'euros qui participe aux rentrées fiscales du pays dont le budget est d'environ 3,37 milliards d'euros.

L'attentat de la Semafo...a probablement pour but de désorganiser l'activité minière puisque ce n'est pas la mine elle-même qui était attaquée, mais le convoi amenant un équipage de mineurs sur le site lui-même. Ce n'est donc ni les explosifs employés par la mine qui étaient visés ni la production pour autant qu'elle soit atteignable au cours d'un assaut, mais la durée de vie de la mine elle-même.Si l'investisseur était en effet amené a réévalué son engagement sur zone, il fait peu de doute qu'un tel site abandonné se transformerait une zone d'artisanat minier, elle-même vassale de forces rebelles soucieuses de trouver des revenus faciles. Ces forces ont donc intérêt à conserver le site dans un relatif en bon état.

Mais nous n'en sommes pas encore là. L'Afrique de l'Ouest reste un nouveau Pérou pour les mineurs d'or. Ils y investissent largement. Les gisements ne sont pas profonds et la teneur du minerai est élevée. Le Ghana produit 130 tonnes d'or par an, le Mali 61 tonnes, le Burkina Faso 60 tonnes, la Côte-d'Ivoire 41 tonnes, la Guinée 27 tonnes et le Sénégal 18 tonnes. Au total, ce sont près de 340 tonnes d'or, à comparer aux 3.500 tonnes produites dans le monde en 2018 et 274 tonnes achetées par la Banque Centrale de Russie en 2018... 

Tout lire

Article
7 November 2019

Burkina Faso : Au moins 37 morts dans l'attaque d'un convoi transportant des travailleurs de la mine d’or Semafo

Auteur: Sophie Douce, Le Monde Afrique

« Burkina Faso : au moins 37 personnes tuées dans une attaque « planifiée » contre un convoi minier », 7 novembre 2019

Une embuscade contre un convoi d’une compagnie minière a fait au moins 37 morts, civils, et plus de soixante blessés, mercredi 6 novembre, dans la région de l’est du Burkina Faso, selon un bilan encore provisoire, fourni par les autorités locales...

Dans la matinée, « des individus armés non identifiés ont tendu une embuscade à un convoi transportant des travailleurs de la mine d’or Semafo sur l’axe Ougarou-Boungou », a indiqué le gouverneur de la région de l’Est dans un communiqué. « Le convoi, accompagné d’une escorte militaire, comptait cinq autobus transportant des employés burkinabés, des entrepreneurs et des fournisseurs », a détaillé la société canadienne Semafo, qui exploite la mine d’or de Boungou...

Cette année, l’Etat burkinabé avait demandé aux compagnies minières de prendre « des dispositions spéciales pour le déplacement de leurs employés », selon l’Agence France-Presse, face à l’aggravation de la situation sécuritaire dans le pays, qui compte plus d’une dizaine de sites industriels miniers...

Tout lire