Côte d'Ivoire: Les autorités luttent contre l'orpaillage clandestin par la formation des mineurs artisanaux

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
31 January 2019

Orpaillage : Environ 23 400 orpailleurs clandestins opèrent en Côte d’Ivoire

Auteur: Anoh Kouao, Fraternité Matin (Côte d'Ivoire)

Une récente évaluation de l’orpaillage clandestin a permis de dénombrer dans le pays au moins 241 sites clandestins, pour une population d’orpailleurs évaluée à 23 400 individus. Une dizaine de véhicules, des motos, un drone, des appareils photos, des Gps, etc. C’est en tout près de 300 millions de FCfa de matériels que la Brigade de répression des infractions au code minier (Bricm) a officiellement reçus hier, à son siège à Cocody, des mains du ministre des Mines et de la Géologie, Jean-Claude Kouassi. L’évènement a également été marqué par la mise à disposition officielle des locaux de la Bricm, instituée en octobre 2018 puis installée deux mois plus tard. Cette brigade composée de gendarmes, marins, forces paramilitaires (eaux et forêts) et des ingénieurs des mines, au nombre d’une quarantaine, est dirigée par Kouadjo N’Guessan Ernest. Ces moyens devraient permettre à la Bricm d’être encore plus opérationnelle sur le terrain. « Nous sommes prêts pour engager l’action. Les moyens sont-là. Ce n’est qu’un début pour pouvoir couvrir tout le territoire ivoirien », a confié aux médias le représentant du gouvernement...L’orpaillage clandestins se développe de plus en plus dans de nombreuses régions de la Côte d’Ivoire. Une situation qui entraîne, bien souvent, des violences débouchant sur des morts d’hommes, la destruction de l’environnement, la pollution des eaux avec l’utilisation du cyanure, un produit hautement toxique pour l’homme, malgré les nombreuses mesures prises pour contrer le phénomène. Fin juillet 2018, un gendarme a même été tué dans ce contexte dans le nord du pays...A l’endroit des orpailleurs, le ministre lance un appel : « Il est encore temps pour eux de se mettre dans la légalité ». Avant d’insister : « Il est encore temps pour ceux qui le souhaitent de venir vers notre administration pour se faire enregistrer, pour se faire former à des méthodes plus douces d’exploitation et pour faire les choses dans la légalité ».

 

Tout lire

Article
30 January 2019

Éradication de l'orpaillage clandestin : Jean-Claude Kouassi lance le premier chantier école à Bouaflé

Auteur: Célestin N'dri, Fraternité Matin (Côte d'Ivoire)

Aujourd'hui, l'artisanat minier traditionnel, respectueux de l'homme et de la nature, a fait place malheureusement à une exploitation clandestine et anarchique à grande échelle qui n'épargne aucune région. Après les phases de sensibilisation en 2014-2016, d'expulsion en 2017, de répression avec la création de la brigade de lutte contre l'orpaillage clandestin en décembre 2018, le gouvernement de Côte d'Ivoire a décidé de passer à une autre étape dans la mise en œuvre de sa politique de rationalisation de l'orpaillage. Il s'agit de celle de la formation de ces acteurs afin de mieux encadrer leurs pratiques devenues un réel danger pour toute la population. C'est dans cette optique que Jean-Claude Kouassi, ministre des Mines et de la Géologie a lancé...le tout premier chantier-école, situé sur le site du village de Bonzi. Ce projet vise à former des femmes et des jeunes ivoiriens, avec ou sans qualification professionnelle, sollicitant une autorisation d'exploitation minière, artisanale ou semi-industrielle, aux techniques d'exploration et d'exploitation respectant toutes les normes environnementales. Cette formation concerne également les artisans miniers qui détiennent déjà une autorisation artisanale ou semi-industrielle. Comme l'a rappelé le ministre Jean-Claude Kouassi aux populations à cette cérémonie de  lancement, le gouvernement a choisi de réprimer avec rigueur et fermeté l'orpaillage clandestin. Cependant, tout en réprimant ceux qui ont choisi de violer la loi, il a décidé d'encourager et d'encadrer ceux qui ont pris l'option de s'inscrire dans la légalité républicaine. "Nos champs, nos fleuves, nos lacs et autres cours d'eaux, nos forêts classées et nos forêts sacrées, sont l'otage de milliers de clandestins armés de pelleteuses, de motopompes et de treuils et qui déversent, à ciel ouvert, cyanure, mercure et autres produits chimiques nocifs dans le seul but d'étancher leur soif de pierres précieuses", a déploré le Jean-Claude Kouassi.

Tout lire