abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

26 Oct 2021

Auteur:
Emiliano Tossou, Agence Ecofin (Suisse)

Angola: La mine de diamants Catoca nie toute implication dans le déversement de déchets toxiques dans les rivières congolaises

"Angola : Catoca nie tout déversement « toxique » de résidus miniers dans les rivières congolaises", 20 octobre 2021

Les résidus miniers qui ont pollué les rivières congolaises fin juillet 2021, entrainant selon le gouvernement le décès de 12 personnes, contenaient de l’argile et du sable, mais aucun métal lourd. C’est ce que soutient la Sociedade Mineira de Catoca, propriétaire de la mine de diamants angolaise Catoca, l’un des complexes miniers qui serait à l’origine du déversement.

« Les échantillons prélevés à partir de sources très diverses par des laboratoires indépendants confirment qu’à aucun moment des métaux lourds n’ont été présents dans l’eau de la rivière s’écoulant du bassin de résidus », indique...la compagnie.

...ces conclusions sont différentes de celles du Centre de recherche sur les ressources en eau du bassin du Congo (CRREBaC) qui a évoqué en août une « catastrophe environnementale et humaine d’une ampleur incalculable » le long des rivières Tshikapa et Kasaï, en RDC. Les coupables, selon le CRREBaC, sont les complexes miniers angolais de Luo, Camatchia-Camagico et Catoca.

Avec cette enquête interne, Catoca entend donc se dédouaner, alors que les autorités congolaises ont transmis début septembre une demande à leurs homologues angolais, réclamant des indemnisations aux compagnies minières à l’origine de la pollution, conformément au principe du « pollueur-payeur ».

Si la compagnie a annoncé un audit environnemental indépendant pour confirmer les résultats déjà obtenus, il semble tout de même nécessaire qu’une commission d’enquête reconnue par les différentes parties soit mise en place afin de faire toute la lumière sur ce dossier. Pour rappel, la compagnie minière nationale Endiama et le géant russe Alrosa sont les principaux propriétaires de la Sociedade Mineira de Catoca...