abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Coronavirus en Côte d’Ivoire: le gouvernement sur le front pour soutenir sa filière cacao

La subvention de l'État de 35 francs CFA par kilo de cacao, qui concerne les exportateurs ivoiriens, sera plafonnée à 50 000 tonnes par opérateur et par campagne. Les autorités ivoiriennes vont aussi mettre en place un fonds pour booster les investissements qui sera doté de 10 milliards de francs CFA. Des mesures pour éviter des faillites...

...[la subvention]...représente donc un total de 1,75 million de CFA, soit 2 500 euros par négociant et par campagne. Sachant que la mesure concerne les campagnes cacaoyères 2019 à 2022, les autorités estiment que cette subvention permettra aux 15 sociétés nationales d’exportations, membres du groupement des négociants ivoiriens (GNI), de tenir face à la concurrence des multinationales. Ce soutien va « garantir leur compétitivité dans la filière », selon Sidi Touré, le porte-parole du gouvernement...

Autre mesure de soutien à la filière : la création d’un fonds de 10 milliards de francs CFA, soit plus de 15 millions d’euros, pour appuyer l'investissement dans la transformation du cacao. La secrétaire générale du GNI a salué ces mesures. Selon Constance Kouamé, elles permettront aux opérateurs nationaux « de continuer à exister et à faire prospérer leurs activités ».

Il y a deux mois, le GNI avait dénoncé « la concurrence déloyale des multinationales du chocolat » et tiré la sonnette d’alarme sur un risque de faillite de plusieurs négociants nationaux.

Story Timeline