abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Des employés de Huawei auraient aidé l’Ouganda et la Zambie à espionner des opposants politiques ; l'entreprise rejette les accusations

« L'Ouganda et la Zambie nient avoir espionné des opposants avec l'aide d'employés de Huawei », 19 août 2019

Dans son enquête publiée mercredi 14 août, [le Wall Street Journal] affirme que des employés de Huawei ont aidé les gouvernements ougandais et zambien à espionner les conversations cryptées de certains de leurs opposants, pour les localiser et contrecarrer leurs plans...

...Selon l’enquête du Wall Street Journal, dans deux cas au moins, les techniciens du géant chinois ont personnellement aidé des gouvernements africains à pirater les réseaux sociaux des opposants...

...Ces révélations attirent l’attention sur les systèmes de surveillance vendus par Huawei aux gouvernements ; souvent labellisés « villes sûres »ces systèmes qui utilisent la surveillance vidéo, Internet et mobile concerneraient 700 villes dans plus de 100 pays et régions...

...L’entreprise rejette ces accusations. Dans sa lettre adressée vendredi au quotidien américain, la société indique que « l’article n’est pas une représentation juste ou responsable des activités légitimes de business de Huawei dans ces pays »