abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Etats-Unis : Biden encourage les travailleurs à se syndiquer

" Biden encourage les travailleurs et les travailleuses à se syndiquer", 18 mars 2021

... «Je dis depuis longtemps que l’Amérique n’a pas été construite par Wall Street, elle a été construite par la classe moyenne et les syndicats ont construit la classe moyenne, déclare Biden dans une vidéo diffusée par la Maison Blanche le 28 février. Les syndicats mettent le pouvoir entre les mains des travailleurs. Ils égalisent les règles du jeu. Ils vous donnent une voix plus forte pour votre santé, votre sécurité, des salaires plus élevés, des protections contre la discrimination raciale et le harcèlement sexuel.»

Biden poursuit en affirmant qu’il soutient «la syndicalisation et le droit de négocier collectivement». La loi sur les relations de travail ne dit pas seulement que les syndicats sont autorisés à exister, poursuit-il, mais qu’il faut encourager la création des syndicats. Il martèle que ce n’est pas aux employeurs de décider si les travailleurs-euses doivent se syndiquer.

«Le choix d'adhérer à un syndicat appartient aux travailleurs, point final. Aujourd'hui et au cours des prochains jours et semaines, les travailleurs de l'Alabama et de toute l'Amérique votent sur l'opportunité d'organiser un syndicat sur leur lieu de travail […] Il ne devrait y avoir ni intimidation, ni coercition, ni menaces, ni propagande antisyndicale...»

Ce discours de Joe Biden survient dans un moment crucial pour les relations de travail. Depuis le début de février et jusqu’à la fin de mars, les travailleurs et les travailleuses d’Amazon à Bessemer, Alabama, votent pour décider s’ils veulent se syndiquer ou non. S’ils décident de former un syndicat, le mouvement pourrait faire tache d’huile, non seulement aux États-Unis, mais aussi au Canada, et peut-être pas seulement chez Amazon.