abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

9 Mai 2022

Auteur:
RFI

Etats-Unis : De grandes entreprises s’engagent pour le droit à l'IVG des salariées

Abortion ban rally

"De grandes entreprises américaines s’engagent pour le droit à l'IVG des salariées", 8 mai 2022

Le projet d'arrêt de la Cour suprême visant à laisser chaque État libre d’interdire ou non l’IVG continue de secouer la société américaine. À côté de la société civile et des politiques, ce sont désormais plusieurs grandes entreprises qui affichent leur opposition à une telle régression politique. 

C’est ainsi que la plateforme de recherche participative Yelp a appelé les entreprises à « prendre l'initiative » devant le « séisme pour la société et l'économie » américaine que constituent les révélations du média Politico. 

Le fabricant de Jeans, Levi Strauss estime lui aussi qu'il est du devoir du patronat de « se faire entendre et d'agir pour préserver la santé et le bien-être de ses employés ». L’entreprise prévoit pour cela, tout comme les géants Apple et Tesla, de couvrir les frais des salariées qui devraient se déplacer dans un autre État pour une IVG. Les banques Goldman Sachs, JP Morgan Chase et Bank of America vont elles voir si elles modifient les bénéfices qu'elles accordent à leurs employés…

Dès septembre, des groupes tels qu’Amazon, Uber ou encore Citigroup, avaient affiché leur intention de prendre en charge tout surcoût lié à un avortement dans le Texas, où une nouvelle loi ramène à six semaines le délai pour y procéder.

Cette prise de position est nouvelle pour le monde économique, d’ordinaire silencieux sur ce sujet tabou...