abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

France : Les chauffeurs de VTC protestent pour de meilleures conditions de travail

« Une centaine de chauffeurs VTC protestent à Paris pour de meilleures conditions de travail » 12 mars 2020

Une centaine de chauffeurs se sont rassemblés mercredi 11 mars à Paris près du ministère de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Les manifestants brandissaient plusieurs banderoles dénonçant « le salariat déguisé, l’exploitation de faux chauffeurs, les tarifications à perte, l’évasion fiscale » dans « le monde des applications ».

Une centaine de berlines majoritairement noires étaient garées en double file, feux de détresse allumés, sur le boulevard Raspail (VIIe) provoquant de gros embouteillages à deux pas du ministère.

L’INV, qui regroupe des associations et syndicats de VTC à travers la France selon son coordinateur Brahim Ben-Ali, a appelé à la mobilisation pour réclamer la fin de « la zizanie tarifaire » dans les plateformes telles que Uber, Kapten, Marcel et Heetch...

Plusieurs centaines de chauffeurs français d’Uber ont mené depuis mi-novembre des opérations de blocage de centres logistiques de la plateforme pour protester contre un changement des procédures qui suspend un chauffeur en cas de refus répétés d’une course, le privant de travail.

Mise en cause parmi d’autres plateformes, Uber indique « qu’il n’y a eu aucune baisse historique des prix récemment » et que l’entreprise « reste dans une démarche d’ouverture et de dialogue avec les chauffeurs ».