abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

France : Témoignages - Les travailleurs sans papiers exposés à une plus grande précarité pendant le confinement

« Comment le confinement a compliqué la situation des travailleurs sans-papiers », 1er juin 2020.

...Le confinement a confronté les sans-papiers à de nombreuses difficultés. Guiti News a interrogé trois de ces travailleurs...Pour Lima, originaire du Mali, le confinement a rimé avec labeur. Chargé de ranger des palettes dans l’entrepôt d’un distributeur de jeux de société...il a dû continuer de travailler pour ne pas perdre son unique source de revenus...ses employeurs n’ont fait preuve ni de compréhension ni d’adaptation...Aucune mesure n’a en effet été prise pour protéger les travailleurs du virus. « On ne nous fournit ni de masques ni de gants...On a peur de tomber malade »...

Pouvoir continuer à payer son loyer, c’était aussi une nécessité pour Djamil*...Depuis plus d’un an, il enfourche son vélo et enchaîne, à un rythme effréné, les courses d’un bout à l’autre de Paris, pour une célèbre plateforme de livraison de nourriture. « Pendant le confinement...J’avais peur de contaminer mes proches...Certains clients insistaient pour que je monte dans leur immeuble...Chose impossible, vu que l’on n’avait pas le droit de composer les digicodes… Ça a donc donné lieu à plusieurs dispute.»...Quelques minutes plus tard, ils lui laissaient un commentaire négatif sur l’application. Résultat : des statistiques plombées. Et moins de livraisons à la clef...son employeur n’a fourni aucun moyen de protection aux livreurs, ni même d’attestation de déplacement spécifique...Quand on lui demande son avis sur les hommages aux travailleurs en première ligne, le jeune homme ne mâche pas ses mots...« J’ai pas besoin de vos bravos, parce qu’au fond vous pensez qu’on est des sous-hommes »...