abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

France : Trois entreprises de la vigne sont jugées pour avoir exploité des migrants

« Reims.Trois entreprises jugées pour avoir exploité des migrants dans les vignes » 2 juillet 2020

Six personnes et trois entreprises sont jugées par le tribunal correctionnel de Reims, notamment pour « traite d’êtres humains ». 188 migrants auraient été contraints de travailler à un rythme effréné, pour une rémunération insignifiante et dans des conditions de vie indignes...soupçonnées d’avoir fourni à des viticulteurs champenois de la main d’oeuvre agricole, essentiellement des migrants, employée dans des conditions indignes...

Au terme des investigations, soutenues par l’inspection du travail et la Mutualité sociale agricole, 338 000 € d’avoirs criminels ont été saisis. Les faits visés portent sur 2017 et 2018, pour 188 victimes, afghanes et africaines, sans papiers pour l’essentiel, selon Mme Ody.

Pour cette dernière, le phénomène est loin d’être isolé dans le vignoble champenois. En 2014 déjà, des saisonniers polonais avaient été découverts par la gendarmerie dans une autre exploitation viticole rappelle-t-elle.

Outre leurs dirigeants, dont quatre sont placés sous contrôle judiciaire et encourent jusqu’à 10 ans d’emprisonnement, sont poursuivies les sociétés Serviti, Viti-Chenille et Rajviti.