abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Gabon: Le directeur d'une entreprise chinoise condamné à une peine de prison assortie d'une forte amende pour exploitation illégale de bois

"Le Gabon sévit :  6 mois de prison pour le DG de la société chinoise SKBG, coupable d’exploitation forestière illégale", 18 juillet 2020

 Le Tribunal correctionnel spécial de Libreville vient de condamner Huang Renren, directeur général de la société chinoise SKBG, a six ans d’emprisonnement ferme et au paiement de 100 millions de FCFA au titre des dommages et intérêts dans l’affaire d’exploitation forestière illégale qui l’opposait à l’Etat du Gabon.

« Conformément à la loi et ayant statué publiquement et contradictoirement en matière correctionnelle, le tribunal correctionnel spécial a déclaré M. Huang Renren, directeur général de la société chinoise SKBG, coupable de manœuvres frauduleuses, de non-respect des normes et classification de produits forestiers, de non- présentation des documents techniques et comptables à l’administration des Eaux et Forêts, et d’exploitation d’une essence interdite d’abattage et classée non exploitable. », révèle...le ministère en charge des Eaux et des Forêts.

A l’origine de cette affaire, explique le ministère, la Direction provinciale des eaux et forêts de l’Estuaire avait découvert, le 28 octobre 2019, six conteneurs de la SKBG renfermant 115 837 m3 de Kévazingo, 16 458 m3 d’Ovengkol et 5 094 m3 de Tali coupés illégalement.

Au terme de la procédure judiciaire, le tribunal spécial de Libreville a autorisé le ministère des Eaux et Forêts à saisir définitivement le contenu desdits conteneurs et à les vendre au bénéfice de l’État.