abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Guatemala : Un documentaire accuse des fermes de café fournissant Nespresso de faire travailler des enfants ; avec la réaction de Nespresso

« Clooney "surpris et attristé" par un reportage accusant Nespresso de faire travailler des enfants », 26 février 2020

Nespresso se prépare à la tempête. Lundi prochain, la chaîne britannique Channel 4 diffusera un nouveau numéro de Dispatches, un magazine d'information. Cette soirée sera consacrée à un reportage sur le travail des enfants. La marque suisse y est accusée d'être fournie par des fermes guatémaltèques qui feraient appel à une main-d'oeuvre mineure...

D'après le Daily Mail, le reportage montre des enfants travaillant six jours par semaines, huit heures par jour, pour moins de 5 livres...

Nespresso a...publié un communiqué: "Dispatches a informé Nespresso...qu'ils ont des images d'enfants travaillant dans un petit nombre (...) de fermes au Guatemala, qui d'après eux fournissent Nespresso", déclarent-ils..."Dispatches ne nous a pas donné les informations nécessaires pour identifier les fermes concernées et vérifier si elle fournissent bien Nespresso. Nous avons lancé notre propre enquête sur le terrain. (...) Nespresso adopte une politique de tolérance zéro face au travail des enfants. C'est inacceptable."

La marque de capsules de café affirme avoir "immédiatement arrêté d'acheter du café dans toutes les fermes de la région": "Nous ne reprendrons pas les achats tant que nous ne seront pas capables d'enquêter et de nous assurer qu'aucun enfant n'y travaille."