abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Affaire

Guinée: La Cour de justice de la CEDEAO condamne lourdement le pays suite au massacre de Zogota

Tingey Injury Law Firm on Unsplash

Depuis plus que huit ans, les habitants de Zogota en Guinée Forestière poursuivent la justice pour ce massacre qui a dévasté leur village. La Cour de Justice de la CEDEAO vient enfin d'établir la culpabilité de la Guinée dont les forces de sécurité ont été reconnues coupables d'assassinats, d'arrestations arbitraires, et de torture des habitants de Zogota.

Dans la nuit du 3 au 4 août 2012 juste après minuit, des éléments des Forces de Sécurité et de Défense guinéennes ont attaqué le village de Zogota en tirant au hasard, tuant 6 habitants, blessant plusieurs, incendiant des habitations, arrêtant et torturant plusieurs autres personnes. Quelques villageois qui ont été arrêtés pendant l’attaque ont été torturés par les soldats qui les tailladaient les bras, cous et poignets. Les forces de sécurité ont arbitrairement arrêté et ont torturé des résidents Zogota avant et après le massacre. Cette attaque était une répression contre les manifestations de plusieurs communautés locales qui se révoltaient contre les pratiques abusives de la compagnie minière Vale-BSG qui portaient atteinte à leurs droits les plus fondamentaux. Pendant les manifestations, les communautés ont occupé le site et ont été accusées de destruction de propriété de la compagnie.

Aucune investigation n’a été menée par les autorités guinéennes pour faire la lumière sur les évènements de Zogota. Et les forces de sécurité et la compagnie donnent des versions contradictoires des évènements. L'ONG Mêmes Droits pour Tous (MDT) avait déjà déposé une plainte au pénal contre 5 responsables des forces de sécurité en 2012, mais aucune suite n’a été donnée à cette plainte. Les personnes citées dans la plainte ont refusé de comparaitre devant le juge en charge du dossier. Et la responsabilité de la compagnie n’a jamais fait l’objet d’enquête.

Story Timeline