abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Inquiétudes de PCQVP/Mali suite à la reprise par l'Etat de la filiale d'AngloGold Ashanti et IamGold

"Reprise de la Société d’Exploitation des Mines d’or de Yatela-SA par l’Etat Malien : Les inquiétudes de la Coalition PCQVP-Mali !", 11 décembre 2019

La société d’exploitation des Mines d’or de Yatela-Sa dans la région de Kayes n’est plus la propriété de la filiale du Groupe sud-africain AngloGold Ashanti et du Groupe canadien IamGold...Elle est désormais une propriété exclusive de l’Etat Mali. Depuis l’annonce de cette nouvelle par la session ordinaire du Conseil des ministres...des interrogations planent du côté des organisations de la société civile malienne évoluant dans le secteur minier, en particulier, de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payes (PCQVP-Mali)...Selon le communiqué dudit Conseil des ministres, Sadiola Exploration Limited (SADEX) qui est la filiale AngloGold Ashanti et de IamGold passe les 80 % de capital social qu’il détenait à l’État malien qui ne possédait que 20%...

...la société SADEX a décidé de se retirer pour des raisons techniques et de fermer la mine alors que les réserves ne sont pas totalement épuisées...C’est pour éviter cela et sauvegarder les emplois...que le Gouvernement malien a conclu ce contrat de cession...Pour se libérer de toutes les obligations liées à cette mine, “SADEX versera un paiement unique à ladite agence (société d’État créée) publique un montant correspondant aux coûts estimés pour achever la réhabilitation et la fermeture de la mine de Yatela, ainsi que pour financer certains programmes sociaux en suspens”...

L’Etat pourra-t-il assumer les obligations environnementales et sociales au moment de la fermeture prochaine de cette mine ? Quels intérêts pour l’Etat de reprendre une mine qui n’est plus en production depuis 2016 ?...[Autant de questions que se pose PCQVP Mali].