abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

La pandémie de Covid-19 a plongé plus de 100 millions de travailleurs supplémentaires dans la pauvreté, selon l'Organisation internationale du Travail

"Covid-19 : le chômage mondial passera au-dessus de la barre des 200 millions en 2022 (OIT)", 2 juin 2021

Même si les pays du monde entier se sortent de la crise sanitaire, « Cinq années de progrès pour éradiquer la pauvreté au travail ont été anéanties », indique le rapport intitulé Emploi et questions sociales dans le monde : Tendances 2021, ajoutant que cela rendra encore plus inaccessible l’objectif de développement durable de l’ONU visant à éradiquer la pauvreté d’ici 2030.

« Nous avons régressé, nous avons beaucoup régressé », a déclaré le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder. « La pauvreté des travailleurs est revenue aux niveaux de 2015 ».

Les régions les plus touchées au cours du premier semestre 2021 ont été l'Amérique latine et les Caraïbes, l'Europe et l'Asie centrale, toutes victimes d'une reprise inégale...

Les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par la crise, puisqu'elles ont vu leur emploi chuter de 5% en 2020, contre 3,9% pour les hommes.
« Une plus grande proportion de femmes est également sortie du marché du travail, devenant inactives », a indiqué l'OIT...

Les perturbations liées à la pandémie ont également entraîné des conséquences catastrophiques pour les deux milliards de travailleurs du secteur informel dans le monde.

Par rapport à 2019, 108 millions de travailleurs supplémentaires dans le monde sont désormais considérés comme vivant dans la pauvreté ou dans l’extrême pauvreté. Cela signifie qu’ils vivent, ainsi que leurs familles, avec l’équivalent de moins de 3,20 dollars par personne et par jour...

De plus, la qualité des nouveaux emplois créés dans ces pays est susceptible de se détériorer.

Le rapport de l’OIT a également prévu une augmentation du ‘déficit d'emplois’ de 75 millions en 2021, qui devrait tomber à 23 millions en 2022.

La baisse connexe du nombre d'heures de travail, qui tient compte du déficit d'emplois et de ceux qui travaillent moins, représente l'équivalent de 100 millions d'emplois à temps plein en 2021 et 26 millions en 2022.

Le rapport indique que ce déficit d'emploi et d'heures de travail vient s'ajouter à des niveaux de chômage, de sous-utilisation de la main-d'œuvre et de mauvaises conditions de travail qui restent élevés avant la crise.

...Guy Ryder, soulign[e] la nécessité d’une stratégie complète et coordonnée, basée sur des politiques centrées sur l’humain, soutenue par des actes et par des financements.

« Une vraie reprise ne peut se faire sans une reprise des emplois décents », a-t-il conclu.

Story Timeline