abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Les banques de développement et l'étouffement de la contestation

En ne tenant aucun compte des préoccupations des communautés concernant les projets de développement, les institutions multilatérales peuvent devenir complices de violations des droits humains et du rétrécissement de l’espace de la société civile...Plus tôt ce mois-ci, la Banque mondiale a approuvé une version complètement révisée de son cadre social et environnemental...la version finale du cadre contient, dans l’énoncé de vision, une nouvelle disposition affirmant que « les activités de la Banque mondiale favorisent la réalisation des droits humains… » et que la Banque « vise à éviter les impacts négatifs et continuera à appuyer ses pays membres dans leurs efforts visant à réaliser progressivement leurs engagements en matière de droits humains. » Cependant, des forces dominantes au sein de la Banque ont rejeté la proposition d’aller plus loin et inclure un engagement contraignant à respecter les droits humains [estimant]...que les droits humains sont politiques et ne relèvent pas du mandat de développement de la Banque...Ce refus de la Banque de finalement institutionnaliser les droits humains est un cuisant échec pour les personnes qui risquent leur vie à dénoncer des projets développement ou à défendre leurs terres. En fait, la répression de la société civile par les gouvernements de plusieurs pays cible explicitement ceux et celles qui pourraient faire obstacle aux initiatives de développement...Des gouvernements partout dans le monde adoptent de plus en plus des lois qui restreignent les activités des groupes de la société civile et font qu'il est plus difficile de faire entendre des voix qui pourraient critiquer les initiatives de développement...les mécanismes de responsabilisation indépendants de la Banque mondiale, de la Société financière internationale (SFI) et de la Banque interaméricaine de développement ont élaboré ou sont en voie d'élaborer des protocoles ou des directives visant à garantir la sécurité des membres des communautés qui portent plainte.