abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Les entreprises canadiennes à l'étranger dans la ligne de mire d’Ottawa

Le gouvernement fédéral va nommer un ombudsman pour s'assurer que les entreprises canadiennes qui mènent des activités à l'étranger respectent leurs obligations en matière de droits de la personne.

Le ministre [fédéral du Commerce international] a prévenu... qu’Ottawa pourrait interrompre son appui aux entreprises qui commettent des violations. Les sociétés minières, de l’énergie et du textile seront tout d’abord visées. D'autres industries doivent être incluses au fil du temps.

...[I]l a fallu « 10 ans d'action et la mobilisation de plus de 500 000 Canadiennes et Canadiens », pour arriver à la création du nouveau poste.

...Le rôle de l’ombudsman canadien pour la responsabilité sociale des entreprises sera d’abord de résoudre les conflits entre les sociétés canadiennes et les communautés touchées par leurs activités à l'étranger.

...[L]'ombudsman sera aussi chargé de mener des enquêtes indépendantes, de présenter des rapports, de recommander des solutions et d'en surveiller la mise en œuvre.

...Une coalition d'organisations...ont toutefois déclaré que pour être efficace, l'ombudsman devra absolument être indépendant, impartial et transparent. Il devra aussi avoir les ressources nécessaires pour pouvoir enquêter sur les allégations de violation des droits.

...L’ombudsman aura le pouvoir d’émettre des suggestions aux entreprises fautives afin qu’elles procèdent différemment...et il pourra recommander la suspension de leur soutien financier. Il pourrait aussi « se tourner vers les ambassades canadiennes et leur dire d’arrêter de soutenir les compagnies qui ne respectent pas les droits humains », croit [Geneviève Paul. directrice générale par intérim de la section canadienne francophone d’Amnistie internationale]

Story Timeline