abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

Le contenu est également disponible dans les langues suivantes: English, Deutsch,

Article

13 Sep 2022

Auteur:
Reuters,
Auteur:
Tagesschau,
Auteur:
// France Info avec AFP

L'Union européenne propose de bannir les produits issus du travail forcé

La Commission européenne a présenté, mercredi 14 septembre, un projet de règlement destiné à bannir du marché européen les produits issus du travail forcé. Si elle est adoptée, cette législation devrait barrer la route à la production chinoise impliquant la minorité musulmane ouïghoure, victime de répression et d'exactions d'après de nombreux observateurs, dont l'ONU.

"Notre interdiction s'appliquera aux produits fabriqués dans l'UE, aux exportations et aux importations", a précisé le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis...

Outre-Atlantique, Washington a adopté une autre approche : tous les produits en provenance de la région chinoise du Xinjiang – où la minorité ouïghoure est particulièrement présente – sont interdits à l'importation vers l'espace américain. Pour déroger à cette règle, les entreprises doivent apporter la preuve que leurs produits n'ont pas été fabriqués avec du travail forcé...

L'Asie et le Pacifique abritent plus de la moitié du total mondial des travailleurs forcés. Les services, l'industrie manufacturière, la construction, l'agriculture et le travail domestique sont les principaux secteurs concernés.

Chronologie