abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Madagascar : 80 hectares de rizières et d'infrastructures agricoles endommagés par une exploitation d'amazonite

« Exploitation d’Amazonite : Ruines et désolation de la population d’Andina-Ambositra, la société civile interpellée », 22 juillet 2020.

Si l’exploitation minière est censée  contribuer au développement socio-économique des collectivités, dans la majorité des cas, il n’est pas ainsi...C’est bien le cas de la commune rurale d’Andina dans la localité d’Apinga dans le fokontany de Talaky, district d’Ambositra où une exploitation minière d’amazonite a été ouverte, il y a moins d’un quart de siècle  avec  ses lots dévastateurs et dont les origines de cette carrière demeurent douteuses quant au respect des règlements en vigueur, comme la majorité des petites exploitations minières pour ne parler que de cela. Le président de l’association Tafo Mihaavo nationale, une association civile, Razafimanandraibe Louis de Gonzague, accompagné des journalistes se sont rendus sur les lieux pour constater de visu la situation...plus de 80 ha de rizières  et des infrastructures agricoles ont été endommagées, se lamentent les habitants qui dénoncent également le fait que  de nombreuses terres cultivables ont été abandonnées.   Avec la dégradation de l’environnement, les choses ne sont pas prêtes de revenir à l’initial. De plus des familles ont même été traduites en justice. « On nous a pris nos biens et nos terres; nos maisons sont menacées de démolition avec les creusets souterrains qu’effectuent les exploitants et nous lançons un appel pressant aux autorités » concluent ces sinistrés.