abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Madagascar: Les autorités suspendent un projet de sables miniers dont les bénéfices pour les communautés et le pays ne seraient pas suffisamment clairs

"Madagascar : le gouvernement suspend le développement du projet de sables minéraux Toliara", 8 novembre 2019

Le gouvernement malgache a suspendu cette semaine le projet de sables minéraux Toliara, géré par la compagnie australienne Base Resources. Le projet faisait l’objet de manifestations de la part d’une partie de la population locale qui réclamait une intervention des autorités.

« Tous travaux et toute communication autour de Base Toliara sont suspendus, mais les échanges entre les promoteurs du projet et les autorités malgaches se poursuivent. Les bénéfices apportés par le projet pour les communautés locales et le pays, ne sont pas suffisamment clairs dans les divers contrats signés auparavant », rapporte le communiqué du Conseil des ministres.

Réagissant à la décision du gouvernement, Base Resources a indiqué mercredi qu’elle est « clairement regrettable ». Elle a déclaré que la décision n’aura pas d’impact sur la progression de l’étude de faisabilité définitive en cours, mais « impactera les programmes de développement communautaire en cours et les quelques centaines de Malgaches qui suivent actuellement ces programmes ».

Pour les détracteurs du projet Toliara, cette décision du Conseil des ministres a été reçue comme une première victoire. « Les voix des communautés concernées et de la société civile semblent avoir enfin été entendues par les autorités, et l’espoir renaît de les voir donner la priorité au respect des droits fondamentaux de ces communautés sur les intérêts privés de la compagnie minière », a déclaré le Collectif Tany dans un communiqué.