abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Maroc : 2 défenseurs des droits de l’homme victimes d’attaques informatiques par un logiciel de NSO Group, selon Amnesty International ; avec les commentaires de l’entreprise

« Maroc. Des défenseurs des droits humains ciblés par un logiciel espion de NSO Group,» 10 octobre 2019

Amnesty International a découvert des attaques informatiques ciblées contre deux défenseurs des droits humains marocains de premier plan menées à l’aide du logiciel espion Pegasus de NSO Group...

Elles ont été menées au moyen de SMS contenant des liens malveillants qui, si la victime cliquait dessus, tenteraient d’exploiter son dispositif mobile et d’y installer le logiciel espion Pegasus de NSO Group...

Ces révélations sont particulièrement importantes dans un contexte où les autorités marocaines ont de plus en plus recours à des dispositions répressives du Code pénal et de la législation relative à la sécurité pour pénaliser et discréditer les défenseur·e·s des droits humains et les militant·e·s pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique...

[Réponse de NSO Group à Amnesty]:

« Conformément à notre politique, nous enquêtons sur les allégations d’utilisation frauduleuse de nos produits. Si une enquête identifie des conséquences dommageables réelles ou potentielles sur les droits humains, nous prenons rapidement et de manière proactive des mesures pour y remédier. Nous pouvons par exemple suspendre l’utilisation du produit par un client ou y mettre directement un terme, comme nous l’avons déjà fait par le passé.

...Nos produits...n’ont pas pour fonction de surveiller les dissidents ou les militants pour les droits humains. C’est pourquoi les contrats que nous passons avec tous nos clients n’autorisent l’utilisation de nos produits qu’à des fins légitimes de prévention du crime et du terrorisme et pour enquêter sur de tels actes. Si jamais nous découvrons que nos produits ont été utilisés de manière non conforme à ce contrat, nous prendrons les mesures appropriées. »