abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Niger: Orano (ex Areva) annonce la fermeture de sa filiale pour des raisons économiques, les travailleurs rejettent les arguments avancés par l'entreprise

"Orano-Niger : « choc et désolation » après l’annonce de la fermeture de la société Cominak par le groupe français", 28 octobre 2019

...la décision de fermeture du site d’uranium de la société Cominak filiale d’Orano est tombée...Les travailleurs...invalident les motifs avancés par le minier. La mine d'uranium de la société Cominak cessera ses activités...[le] 31 mars 2021...La société justifie cette décision...par deux raisons : l'épuisement du gisement où le minerai d'uranium devient de plus en rare alors que les charges d'exploitation sont en hausse dans un contexte de chute des prix du minerai sur les marchés...

Un contexte certes peu favorable, mais qui ne justifie pas pour autant la fermeture du site, rétorquent les syndicats des mineurs nigériens. Il s'agit plutôt de « difficultés financières décrites sans arguments et peu convaincantes »...explique Ramar Ilatoufegh, SG de l'ONG Aghir-In-Man qui milite...« Nous ne sommes pas du tout d'accord de la manière dont la fermeture est en train d'être envisagée par les autorités nigériennes d'une part et d'autre part les administrateurs y compris le groupe Orano, ex Areva »,  déclare indigné Amadou Maiga, secrétaire général du Syntramin, le principal syndicat des mineurs du Niger...

les membres de la société civile nigérienne exigent un respect des normes environnementales relatives au démantèlement des installations ainsi qu'une juste compensation des travailleurs. « Pour ce qui est du sort des travailleurs, un comité a déjà été mis en place pour encadrer l'indemnisation si la décision s'avère irréversible », explique le SG du Syntranim...« Depuis la prise de cette décision, c'est le choc et la désolation qui se lisent sur les visages. C'est une décision malheureuse et toute la région d'Arlit va en pâtir », regrette Maiga...

« Vue la baisse des prix, les dégâts écologiques et la faiblesse historique de la contribution de l'exploitation de l'uranium à l'économie nationale, la cessation des activités d'Orano peut être une bonne chose, pour marquer une pause, repenser notre stratégie minière et diversifier nos partenaires », analyse à son tour Elhadji Idy Abdou, militant Nigérien, qui déplore néanmoins les inéluctables pertes d'emplois...