abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Norvège : De nombreuses applications populaires communiquent une partie des données de leurs utilisateurs à des entreprises tierces à des fins publicitaires, selon une étude

« Tinder et Grindr font (encore) n’importe quoi avec vos données, et c’est dangereux »,

...[L]e conseil norvégien des consommateurs...a demandé à une entreprise de cybersécurité de se pencher sur les pratiques de gestion des données de 10 applications populaires. Leur choix s’est porté sur des applications qui manipulent des données personnelles sensibles : suivi du cycle menstruel (MyDays, Clue), aide à la prière (Muslim : Qibla Finder), rencontre amoureuses (Tinder, Grindr, OkCupid)…Le bilan est accablant : toutes communiquent une partie des données de leurs utilisateurs à des entreprises tierces, à des fins publicitaires.

Dans la majorité des cas, l’utilisateur n’a pas pu émettre un consentement éclairé sur ces pratiques, comme le requiert pourtant la loi européenne. Parmi ces mauvais élèves, l’application de rencontre Grindr se distingue par la précision des données qu’elle communique, et le nombre de destinataires à qui elle les envoie — alors même que ses millions d’utilisateurs appartiennent majoritairement à la communauté LGBTQ+, particulièrement visée par les discriminations. Le conseil norvégien des consommateurs a donc décidé d’attaquer l’entreprise en justice, pour multiples violation du règlement européen sur la protection des données (RGPD)...

...[L]es auteurs de l’étude ont recensé 135 entreprises destinataires des données, dans une liste non-exhaustive.