abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

8 Nov 2022

Auteur:
Abdel Latif Boureima, Agence Ecofin

Ouganda : Le Parlement européen revient sur sa position condamnant le projet EACOP

"Ouganda/Tanzanie : le Parlement européen fait volte-face sur sa censure du projet EACOP", 8 novembre 2022

Le Parlement européen est revenu sur sa position condamnant la réalisation du projet EACOP, prise il y a quelques semaines. Ce changement résulte de pourparlers menés dans le cadre de l’Assemblée parlementaire paritaire (APP). Il s’agit d’un forum international qui réunit députés au Parlement européen, représentants et élus des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique en vue de favoriser le dialogue entre pays du Nord et du Sud.

Ainsi au terme des travaux de la 42ème édition de l’APP qui s’est tenue du 29 octobre au 2 novembre à Maputo au Mozambique, l’institution parlementaire européenne a reconnu la nécessité pour les Etats de promouvoir « une transition énergétique juste ».

Cette politique, réclamée par plusieurs dirigeants et experts africains ces derniers mois, implique, souligne-t-elle, une « élimination progressive et équitable des combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables ». Une dynamique qui ne s’accorde pas avec l’arrêt brusque de l’exploitation des énergies fossiles.

La nouvelle représente une victoire pour les autorités ougandaises qui avaient dénoncé un « sabotage économique » de l’Union européenne. À court terme, elle pourrait favoriser le financement du projet EACOP qui depuis la prise de la décision finale d’investissement, peine à mobiliser les bailleurs de fonds.

Ces dernières semaines, les parties prenantes ont décidé d’accélérer les démarches visant à obtenir tout ou parties des 3,5 milliards de dollars nécessaires pour la construction de l’infrastructure, auprès de la Chine notamment.

Part of the following timelines

Total a renforcé la transparence autour de ses projets pétroliers en Ouganda et en Tanzanie, mais les ONG soulignent que ceux-ci posent toujours des risques majeurs en matière de droits humains

Uganda & Tanzania: East African Crude Oil Pipeline (EACOP)