abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Starbucks offre une application de méditation à ses employés, tandis que ceux-ci dénoncent l'impact des conditions de travail sur leur santé mentale

...Pendant les trois premiers mois de l'année...Starbucks enregistre souvent ses ventes les plus basses.

Pour s'adapter, l'entreprise réduit ses équipes durant l'hiver. Cela aggrave encore une situation décriée depuis longtemps par certain·es employé·es, qui se plaignent ne plus faire assez d'heures, avec un fort impact sur leurs salaires. Les baristas qui ont la chance de pouvoir travailler sont de leur côté en sous-effectifs, donc souvent sous pression.

Une pétition signée par plus de 23.000 salarié·es dénonce ces conditions de travail et réclame de plus hauts salaires ainsi que des horaires plus stables. Le texte est intitulé «Starbucks, le manque de travail tue le moral».

En ce début 2020, l'entreprise... a annoncé que l'intégralité de ses employé·es bénéficieraient désormais d'un accès gratuit à la version premium de Headspace, une application de méditation...

...Seulement, pour des salarié·es interrogé·es par Business Insider, leur entreprise est à côté de la plaque: ce sont justement les conditions de travail qu'elle impose qui peuvent mettre à mal leur santé mentale.

«Travailler à Starbucks est stressant, et il y a eu des pétitions pour augmenter les salaires au niveau national qui ont été ignorées par l'entreprise. On n'a pas demandé une appli de méditation, on a demandé à pouvoir payer notre loyer», tranche un employé.