abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Suite à la crise sanitaire d’Osorno (Chili), Suez mise en demeure de modifier son plan de vigilance.

Quatre Organizations ont écrit aujourd’hui à Bertrand Camus, Directeur Général de Suez, pour lui demander de détailler son plan de vigilance pour ses activités au Chili, où la multinationale détient plus de 43% du marché de la distribution d’eau. Sans réponse ou mesures appropriées, cette mise en demeure serait suivie d’une action devant la justice française. En juillet 2019, les habitants d’Osorno avaient été privés d’eau pendant 10 jours et l’alerte sanitaire décrétée, du fait de la contamination du réseau d’eau potable suite à un nouvel incident d’exploitation d’ESSAL, société contrôlée par Suez. Il faisait suite à des dysfonctionnements, négligences et manquements continus, pointés à de multiples reprises par les instances de contrôles chiliennes, qui avaient évoqué au préalable « un risque élevé »...

Quatre ONG ont aujourd’hui mis en demeure l’entreprise SUEZ de se conformer à la loi française sur le devoir de vigilance du 27 mars 2017, la sommant de prendre les mesures nécessaires pour faire face aux défaillances et illégalités de leur prestation du service d’approvisionnement d’eau à Osorno, afin de prévenir qu’une autre crise sanitaire se reproduise dans la ville ou dans les autres communes du Chili où opèrent ESSAL et d’autres sociétés contrôlées par le groupe français...

Story Timeline