abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

UE : Les règlements européens permettent aux entreprises de vendre leurs logiciels espions à des États répressifs, selon une ONG

« UE : Renforcer les règlementations sur l’export des technologies de surveillance » 9 juin 2020

L’Union européenne devrait adopter des réglementations plus strictes pour empêcher que les technologies de surveillance mises au point en Europe soient vendues à des États répressifs, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui dans une lettre à l’Union européenne, aux côtés de sept autres groupes de défense des droits humains. Les États membres qui ont entravé les avancées vers une législation plus ferme devraient cesser de s’y opposer.

Pendant des années, les lacunes de la réglementation actuelle ont permis de vendre à des gouvernements abusifs des articles dits « à double usage » produits dans l’UE, dont des systèmes de surveillance intrusive et de masse. Ces gouvernements ont employé cette technologie pour réprimer les défenseurs des droits humains, les journalistes et les groupes d’opposition...

« Les règlements européens inefficaces ont permis à des entreprises de vendre leurs logiciels espions à des États répressifs, les aidant ainsi à écraser la dissidence », a déclaré Wenzel Michalski, directeur de Human Rights Watch en Allemagne. « LUnion européenne doit colmater les brèches de son régime commercial et cesser dêtre complice datteintes aux droits humains. »...

Alors que les négociations s’apprêtent à redémarrer, la Commission européenne a proposé de nouveaux projets d’amendements, dans une tentative de trouver un compromis entre les positions du Conseil et du Parlement, mais ces amendements sont loin d’être suffisants pour opérer les réformes nécessaires afin de maîtriser l’industrie de la surveillance.