abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Un journaliste souligne l’importance pour les entreprises d’intégrer les droits de l’homme et la différence avec la RSE

« Directions juridiques : méfiez-vous des droits de l'homme ! », 24 septembre 2014

...[L]es [P]rincipes directeurs [sur les entreprises et les droits de l'homme]...se distinguent de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE)...[L]a RSE consiste pour les entreprises à intégrer des préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités et leurs relations avec les tiers sur la base du volontariat. Au contraire, les droits de l'homme s'imposent aux entreprises et les principes directeurs encadrent leur respect par les sociétés. « L'entreprise ne doit pas raisonner par rapport aux risques pour elle-même mais par rapport aux risques pour les personnes qui les entourent... » explique Stéphane Brabant, associé chez Herbert Smith Freehills...Certaines sociétés françaises semblent avoir anticipé cette évolution...Cependant...« les entreprises se sentent souvent victimes des droits de l'homme et ne comprennent pas toujours pourquoi elles devraient s'y intéresser, considérant que ce n'est pas leur rôle mais celui des États » [déclare Éric Gardner de Béville du Cercle Montesquieu]...[Fait référence à Société Générale, Total]