Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Des victimes d'un régime génocidaire au Soudan poursuivent BNP Paribas en justice aux Etats-Unis et l’accusent d’avoir renforcé les exactions du régime en étant sa banque principale

Auteur: Reuters , Publié le: 23 May 2019

« USA : BNP poursuivi en justice dans le cadre du génocide soudanais », 22 mai 2019 

Une cour d'appel aux Etats-Unis a estimé mercredi recevable la plainte collective déposée par des victimes présumées d'un régime génocidaire au Soudan contre BNP Paribas, accusant la banque française d'être liée aux atrocités qui y ont été commises.

Cette décision de la cour d'appel de Manhattan intervient près de cinq ans après que le groupe bancaire a accepté de s'acquitter d'une amende record de 8,97 milliards de dollars (8 milliards d'euros) et de plaider coupable de deux chefs d'accusation dans le cadre d'un accord avec les autorités américaines. Ces dernières lui reprochaient d'avoir contourné pendant plusieurs années des règles d'embargo s'appliquant aux au Soudan, à Cuba et en Iran.

La cour d'appel a estimé que cette plainte contre BNP Paribas devait être examinée par la justice américaine, contrairement à la décision antérieure rendue par une juridiction inférieure.

Vingt-et-un réfugiés soudanais, vivant désormais aux États-Unis, avaient déposé ce recours collectif contre BNP Paribas en 2016 pour avoir été la principale banque du régime soudanais de 1997 à 2007.

Ils estiment que le traitement par BNP Paribas de milliers de transactions illégales par l'intermédiaire de ses bureaux à New York a renforcé les exactions du régime en matière d'assassinats, de viols de masse, de tortures et d'infection à VIH délibérée contre son propre peuple.

Pour expliquer le rejet d'un procès, la juge américaine du district Alison Nathan avait déclaré en mars 2018 qu'elle ne pouvait examiner la validité des actions officielles du Soudan et déterminer si la responsabilité de BNP Paribas devait être engagée.

Une porte-parole de la banque n'a pas souhaité s'exprimer.

Tout lire

Entreprises concernées: BNP Paribas